Théâtre

Avignon OFF : « Suite Française », une adaptation réussie du roman d’Irène Némirovski

Avignon OFF : « Suite Française », une adaptation réussie du roman d’Irène Némirovski

21 juillet 2019 | PAR David Rofé-Sarfati

L’adaptation du roman d’Irène Némirovski Suite Française par Virginie Lemoine et Stéphane Laporte se pare de l’épaisseur des aventures humaines, littéraires et théâtrales. Virginie Lemoine se prête à honorer à titre posthume le talent et le message de l’écrivaine assassinée trop jeune par les nazis. Elle construit, accompagnée de comédiens talentueux,  un plaisir de théâtre.

Virginie Lemoine présente au OFF (avant sa reprise au Théâtre de la Bruyère à la rentrée) son adaptation du premier tome de Suite Française d’Irène Némirovsky. C’est en 2004 que les lecteurs français et Virginie Lemoine découvrent l’auteure d’origine russe qui n’aura, injustement, jamais obtenu la nationalité française. Elle reçoit cette année-là le Prix Renaudot à titre posthume pour sa plume chaude, fluide et corrosive. Dans Suite Française elle décrit l’occupation allemande pour en dénoncer l’absurdité et la cruauté, mais aussi pour raconter les petits arrangements mesquins, les égoïsmes délétères, les rancœurs et les non-dits; de façon générale l’impérieuse envie de vivre des êtres, coûte que coûte. Irène Némirovski est arrêtée le 13 juillet 1942, puis déportée à Auschwitz où elle est assassinée le 17 août.

Un officier de la Wehrmacht s’installe dans un foyer réquisitionné. Le fils de famille est prisonnier de guerre. La mère en soutient la colère. Elle porte aussi le deuil de son mari et fomente une guerre passive à l’occupant dans son logis même, tandis que la belle-fille décide d’accueillir l’étranger. La situation se complique lorsque l’allemand se révèle être charmant et cultivé. Hors-champ, l’occupation produit ses tragédies, ses morts et son marché noir.

La pièce en atteste à chaque instant, Virginie Lemoine fut troublée par le texte. Elle rencontra même Denise Epstein, la fille aînée de l’auteure. Riche de cette émotion, elle transforme le récit en un huis-clos impitoyable où les âmes humaines se révèlent souvent lumineuses, souvent ambiguës. Les comédiens sont tous très justes. Ils défendent le propos et l’équivoque avec brio. Florence Pernel est épatante dans son rôle de femme mal aimée, Guilaine Londez merveilleusement cocasse en dame de patronage, Emmanuelle Bougerol hilarante et émouvante en servante inquiète. Samuel Glaumé frôle la perfection dans sa création d’officier de la Wehrmacht attachant, tandis que Cédric Revollon est un paysan criant de vérité. Quant à Béatrice Agenin, immense comédienne, ancienne sociétaire de la Comédie-Française (on peut la voir également au OFF dans  Marie des Poules)elle illumine la pièce de son talent. Elle est impressionnante.

Ainsi Virginie Lemoine aura réussi son pari, restituer sur scène le geste littéraire de Irène Némirovski, émotion comprise.

 

Suite Française
Théâtre du Balcon
38 Rue Guillaume Puy
84000 Avignon
Du 6 au 28 juillet 2018

Adaptation de Virginie Lemoine et Stéphane Laporte
Mise en scène de Virginie Lemoine assistée de Laury André
Avec Florence Pernel, Béatrice Agenin, Guilaine Londez, Samuel Glaumé, Cédric Revollon, Emmanuelle Bougerol ou, Pauline Vaubaillon
Lumières de Denis Koransky
Décors de Grégoire Lemoine
Son de Sébastien Angel
Musique de Stéphane Corbin
Costumes de Christine Chauvey
Coiffures de Christophe Nicolas-Biot

Photo et création de l’affiche : © Sébastien Angel

 

Infos pratiques

Cent-Quatre Paris
Musée du Pays Chatillonnais – Trésor de Vix
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale.Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub.Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival.CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *