Théâtre

[Avignon Off] Le noir vous va si bien Yves-Noël Genod

[Avignon Off] Le noir vous va si bien Yves-Noël Genod

15 juillet 2014 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Il commence par « Sous une lumière blafarde », celle de La fin de la journée qui est pourtant si claire à Avignon. Puis c’est le trou noir, total, dans la rondeur de la salle en pierre de la Condition des soies, il nous plonge dans les ténèbres, nous rend aveugles, disposés à une écoute suprême. Champagne ! Yves Noel Genod récite les Fleurs du Mal à Avignon : c’est une fête, et cela s’appelle Rester vivant.

[rating=5]

10423783_10152404540159270_7638949067102274433_n

Yves-Noël Genod est la voix du poète. En 2013, dans un hotel particulier qui fut beau, il avait lu des extraits de Confession d’un enfant du siècle. Au Théâtre de la Bastille, en 2012, c’était Rimbaud qu’il invitait. Dans ce festival troublé, il nous pousse encore plus au fond, dans les méandres de l’angoisse et de la nuit. Il devient la voix de notre conscience, car tous ont en tête une poésie ou ne serait-ce qu’un vers de Baudelaire, venu à l’heure des ravages adolescents pour offrir un mot pour dire ce que l’on ressent.

Yves-Noël Genod est metteur en scène. Il sait diriger les acteurs, créer une atmosphère. Le noir est, avec l’or, sa couleur préférée, on le devine. Il avait fait danser la brume, ici, il rend la nuit limpide.

Alors, on se glisse dans le son comme on entre en méditation, les poèmes nous transpercent et, écoutés de la sorte, comme jamais vous ne les avez écoutés (c’est à dire dans une posture quasi religieuse, en communauté, et dans le silence) ils sont lavés de leur célébrité. L’on touche au romantisme, celui qui ne s’accomplit jamais.

Le bonheur est loin, la mort est celle avec qui l’on danse. L’une des forces du magicien qu’est Yves-Noël Genod est de nous entraîner dans une danse qui n’a rien de macabre, où le noir est notre ami et où la lumière nous semblera bientôt hostile.

Nous aurons des lits pleins d’odeurs légères,
Des divans profonds comme des tombeaux,
Et d’étranges fleurs sur des étagères,
Ecloses pour nous sous des cieux plus beaux.
Usant à l’envi leurs chaleurs dernières,
Nos deux coeurs seront deux vastes flambeaux,
Qui réfléchiront leurs doubles lumières
Dans nos deux esprits, ces miroirs jumeaux.
Un soir fait de rose et de bleu mystique,
Nous échangerons un éclair unique,
Comme un long sanglot, tout chargé d’adieux;
Et plus tard un Ange, entrouvrant les portes,
Viendra ranimer, fidèle et joyeux,
Les miroirs ternis et les flammes mortes.

Le dossier Festival d’Avignon 2014 de la rédaction.

Visuel : Image Ronan Le Régent d’après une photo de Marc Domage de l’œuvre de Bruno Perramant, ‘Rigodon’ (10/12)

Infos pratiques

Théâtre des Halles
l’Hybride
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *