Théâtre

[Avignon Off] « Binôme », acte cinquième : les formes en recherche (scientifique) du Festival

[Avignon Off] « Binôme », acte cinquième : les formes en recherche (scientifique) du Festival

18 juillet 2014 | PAR Geoffrey Nabavian

Pour la cinquième fois, le projet initié par Thibault Rossigneux et la compagnie Les Sens des mots pose ses valises en Avignon. Envie de découvrir un domaine scientifique ? Et en même temps, un auteur dramatique contemporain ? tout ça en une heure bonne et ronde ? C’est possible avec « Binôme », projet qui n’attend que vous et votre curiosité.

Binome 2C’était mercredi. Dans la Cour de la Préfecture de Vaucluse, un petit film est projeté. La captation de la rencontre entre un chercheur en microbiologie, Bernard Ollivier, et Alexandra Badea, dramaturge contemporaine. Suite à cet échange, elle a écrit une pièce courte. Qui nous est lue ensuite par trois comédiens (Sandrine Lanno, Florian Sitbon et Emilie Vandenameele), dans un décor, en situation de jeu. Bernard Ollivier étudie les organismes vivant dans les milieux extrêmes : eaux très salées, espaces aux températures très élevées… Lors de la rencontre, il a raconté sa descente dans le Pacifique, en sous-marin, là où il n’y a pas de lumière. En livrant du même coup, quelque chose de lui-même. Alexandra Badea, elle, a créé un personnage de femme scientifique cartésienne, s’immergeant dans ses recherches jusqu’à oublier pour qui elle travaille. On se questionne sur les liens entre l’exposé scientifique et l’imagination de l’artiste. Ça tombe bien : un échange avec le public a lieu à l’issue de la présentation.

BinomeDepuis 2010, vingt dramaturges ont joué le jeu de « Binôme ». Il en est ressorti des textes de qualité, comme l’intense Emotional rescue, de Frédéric Vossier, portant sur un homme artificiel, mourant sans cesse pour être ranimé. Ou comme le Parking song signé Sonia Chiambretto, partant à la découverte de la géologie de Seattle au son de Nirvana. Parking song  qui, tout d’abord lu, a pris par la suite la forme d’un vrai spectacle. Pour cette édition, vous pouvez découvrir les textes de Gustave Akakpo, fruit d’une rencontre avec Wilfried Sanchez, écotoxicologue travaillant sur le stress environnemental, et ses conséquences sur les poissons ; et de Frédéric Sonntag, qui s’est confronté à la question de l’obésité avec Daniela Cota, chercheuse qui étudie le problème et ses solutions jusque dans les neurones et les cellules. A voir respectivement les 18 et 20 juillet, à 18h, dans la cour de la Préfecture de Vaucluse, rue Viala.

Réservations ici

Retrouvez le dossier Festival d’Avignon 2014 de la rédaction

Visuels :  extrait du film, Alexandra Badea et Bernard Ollivier © Willot / Mechri  ///  © DR

Infos pratiques

Galerie de l’Europe
Vieilles Charrues
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *