Théâtre
Avec « Les Petites Epouses des blancs / Histoires de mariages noirs », Marisa Gnondaho dit Simon et Stéphane Olry signent une des pièces les plus intéressantes sur l’héritage familial colonial

Avec « Les Petites Epouses des blancs / Histoires de mariages noirs », Marisa Gnondaho dit Simon et Stéphane Olry signent une des pièces les plus intéressantes sur l’héritage familial colonial

20 novembre 2022 | PAR Chloé Coppalle

Il y a trois ans, Marisa Gnondaho dit Simon et Stéphane Olry reçoivent une commande du théâtre de La Poudrerie de Sevran pour monter une pièce sur le thème de la relation. Il en découlera Les Petites Épouses des blancs / Histoires de mariages noirs…

À l’origine, Marc Simon et un livre

Marc Simon était administrateur colonial au Dahomey dans les années 1900. Il y rencontre une femme du nom de Gnondaho, dont au départ, on ne sait rien. Charles Simon naît quelques mois plus tard, de cette union qu’on imagine poétiquement être un mariage. Il fut laissé à sa mère quand le père rentra en métropole, à l’instar de nombreux enfants dans cette situation. Sa mère s’installe à Bamako et reconstruit sa vie avec force et caractère. De son côté, Marc Simon rentre en France, cache à sa famille toutes ces histoires et publie un livre : Souvenirs de brousse, 1905-1918 : Dahomey, Côte d’Ivoire. Marisa Gnondaho, dit Simon, est l’arrière-petite-fille de Marc Simon et Gnondaho. Le personnage de Stéphane, quant à lui, est aussi un arrière-petit-fils de Simon, mais du côté français. Les deux cousins vont alors questionner leur famille sur cette histoire coloniale remplie de non-dits, et repenser leur héritage.

Questionner l’héritage colonial

Dans la vraie vie, Stéphane et Marisa ne sont pas cousins. Marisa Gnondaho est bien la vraie arrière-petite-fille de Marc Simon. Même s’ils ne font pas partie de la même famille, Stéphane Orly a lui aussi une généalogie marquée par le passage d’un de ses membres dans les colonies. Alors au théâtre, ils ont décidé de croiser leurs histoires autour d’une même question : descendre de colon, qu’est-ce que ça veut dire ? Ce double regard fait la grande pertinence de la pièce. Alors qu’on aborde souvent le sujet des descendants d’esclaves, que signifie avoir un ancêtre colonial quand on est Blanc ? Quand Stéphane demande à sa mère ce qu’elle sait de « Bon Papa », cette dernière décourage les recherches sur le passé familial, car, pour elle comme pour beaucoup d’autres familles, c’est un tabou. Quand Marisa pose des questions de son côté, certains récits racontent l’histoire d’un couple qui s’est marié, un « mariage noir » (mot désignant les mariages mixtes à l’époque coloniale), alors qu’il n’en était rien. Cette question du fantasme est importante car les récits coloniaux étant violents, ils permettent des deux côtés d’assainir les imaginaires.

Les Petites Épouses des blancs / Histoires de mariages noirs aborde par divers angles précis et bien construits : l’exhibition des corps africains dans les « reportages » ethnographiques, le voyeurisme des images, le statut juridique des métis, les enfants non reconnus par les pères, les successions des familles hors mariages… Ces problématiques sont accompagnées d’une réflexion sur les textes juridiques les ayant mis en place, ce qui augmente la pertinence du propos car ils apportent une précision historique et documentaire. La pièce propose une analyse critique vraiment intéressante du livre de Marc Simon. 

En bref, Les Petites Épouses des blancs / Histoires de mariages noirs est une des meilleures pièces sur la question de l’héritage familial colonial ! Il a été judicieux de soulever autant de thématiques sociales à travers l’espace familial. Un grand bravo au texte !

Visuel : © Chloé Coppalle

De et par Marisa Gnondaho dit Simon et Stéphane Olry. Texte de la pièce et textes juridiques évoqués disponibles sur le site de la compagnie : La Revue Eclair. Ouvrage évoqué : Marc Simon, Souvenirs de brousse, 1905-1918: Dahomey, Côte d’Ivoire.

Théâtre de l’Épée de Bois – Cartoucherie – Route du Champ de Manœuvre 75012 Paris
vendredi 4 novembre à 21h
samedi 5 novembre à 16h30 et 21h
dimanche 6 novembre à 16h30

Palais de la Porte Dorée
jeudi 17 et vendredi 18 novembre à 20h
Réservations en ligne sur le site du Palais de la Porte Dorée

Centre Culturel Jean Cocteau – 91090 Lisses
mardi 22 novembre à 20h
Gratuit sur réservation au 01 69 11 40 10

Visuel : © affiche 

Cet été-là de Jillian Tamaki et Mariko Tamaki
Simple Minds Direction of the Heart : un véritable juke boxde single hits 80’s !
Chloé Coppalle

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture
Registration