Musique
Simple Minds Direction of the Heart : un véritable juke boxde single hits 80’s !

Simple Minds Direction of the Heart : un véritable juke boxde single hits 80’s !

20 novembre 2022 | PAR Jean-Christophe Mary

Quatre ans après l’excellent Walk Between Worlds », le groupe de Jim Kerr fait un retour fracassant avec Direction of the Heart, son19e album studio. Sonorités spatiales envoûtantes, salves d’adrénaline, les Simple Minds prouvent qu’ils restent une formation incontournable de la new wave 80’s.

On ne présente plus Simple Minds, groupe phare des 80’s, tant sa réputation mythique rayonne de par le monde. Ce qui est sûr, c’est qu’en quarante deux ans de carrière et plusieurs millions d’albums  Jim Kerr et ses acolytes imposent le respect. Enchaînant concerts sur tournées marathon, albums étonnants sur disques pas toujours à la hauteur, le combo de Glasgow en Ecosse a su tenir le haut du pavé jusqu’au milieu des 90’s. Sur quatre décennies, ce groupe à géométrie variable se sera bâti une réputation d’artisan pour faire de son rêve de jeunesse une formidable machine rock. Au fil du temps, les hits planétaires « Don’t you (forget about me) », « Alive and Kicking », « Promised You a Miracle »et l’excellent « Mandela Day portés par la voix singulière de Jim Kerr se sont répandus tel une traînée de poudre. Un chanteur charismatique, un guitariste inspiré du nom de Charlie Burchill et une solide réputation de bêtes de scène ne pouvaient faire que le reste.  Après un passage à vide dans les 90’s et le milieu des 2000, le phénix a su renouer avec le succès public à l’aube des années 2010. C’est donc avec un plaisir extrême que l’on apprend leur retour discographique. Retour d’autant plus satisfaisant que Direction of the Heart (Bmg) reprend l’histoire là où on l’avait laissé. Autrement dit après le fabuleux Walk Between Worlds (2018). Ecrit en hommage au père de Jim Kerr, « Vision Thing » qui ouvre l’album est un véritable rouleau compresseur qui vous lamine le cerveau dès la première écoute. Basse lourde monumentale, nappes de synthés zigazagantes, guitares carillonnantes comme prises dans une spirale vertigineuses, voix alléchantes pleine d’écho, voilà un hymne glorieux tel qu’on les fabriquait dans les 80’s. Et c’est loin d’être le seul. Produit par Andy Wright (Massive Attack, Echo & The Bunnymen) et Gavin Goldberg (Simply Red, KT Tunstall), l’album est un véritable juke box où chaque titre est un tube en puissance. De « First You Jump » à « Solstice Kiss » en passant par « Planet Zero » et « Human Traffic » voilà des titres accroche cœur qui tirent la sonnette d’alarme sur notre monde qui s’écroulel. Mention spéciale à « Who Killed Truth » et son refrain qui éclate sans crier gare et vous arrive droit dessus, tel un uppercut en pleine face. Le guitariste Charlie Burchill s’en donne à cœur joie avec ces effets overdrive qui remplissent l’espace « First You Jump (Then You Fly) » tandis que Jim Kerr fait raisonner sa voix de falsetto avec puissance et détermination. Il est aussi important de mentionner la choriste Sarah Brown qui apporte une large contribution à l’ensemble.Sans oublier cette cover electro rock très réussie de « The Walls Came Down » du groupe new wave américain, The Call. Pour résumer, ce disque aligne une flopée de hit single percutants, bourré d’adrénaline. Simple Minds n’ayant aucune dates prévues en 2023, rien ne vous empêche de vous offrir un week-end de rêve dans le splendide hôtel où il réside désormais en Sicile.  A bon entendeur …

Jean-Christophe Mary 

 

« Direction of the Heart » (Bmg)          

1-Vision Thing 

2-First You Jump

3-Human Traffic

4-Who Killed Truth ?

5-Solstice Kiss

6-Act of Love

7-Natural

8-Planet Zero

9-The Walls Came Down

10-Direction of the Heart 

11-Wondertimes

Hotel Villa Angela Taormina

https://www.hotelvillaangela.com/

 

 

Avec « Les Petites Epouses des blancs / Histoires de mariages noirs », Marisa Gnondaho dit Simon et Stéphane Olry signent une des pièces les plus intéressantes sur l’héritage familial colonial
Avec « Animal », Manolo et Kaori Ito inversent avec élégance les rapports entre les hommes et les chevaux
Jean-Christophe Mary

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration