Performance

Vincent Thomasset présente Les Protragronistes au Plateau/ FRAC

Vincent Thomasset présente Les Protragronistes au Plateau/ FRAC

28 juin 2013 | PAR Amelie Blaustein Niddam

les protragronistes © Ilanit IlouzOn ne change pas une équipe qui commence à gagner. Le performeur Vincent Thomasset est en train d’être repéré. Après sa reproduction d’Arsenic et Vieilles Dentelles sous le titre Bodies in the Cellar, présenté à Artdanthé, à la Ménagerie de Verre et à Impatience il passe à la vitesse supérieure dans sa quête du récit. Place à « Les Protragronistes »

On retrouve ici un procédé qu’on lui connait donc : lui, dos au public, lisant un texte sur le ton France Culture de rigueur. Entre un personnage qui semble être la marque de fabrique de Thomasset : la nuque basse, les jambes nues, les fesses recouvertes d’un caleçon gris et le torse d’une doudoune à carreaux dont la capuche à plumes est vissée sur la tête.

L’un lit, l’autre danse, mime les mots ou impose des gestes. Ici, plusieurs récits se succèdent sans liens entre eux. On entend des histoires d’enfants, des cheminements. Le sens premier n’importe pas, c’est là que jaillit la performance. Le lieu est utilisé : c’est rideau levé et lumières allumées que la scène se joue. La rue compte autant que le dedans et c’est avec étonnement que le spectacle fait corps quand on ne s’y attend plus.

Cela est irracontable. « Les Protragronistes» opère comme une préparation à un film ou à un épisode de série. Thomasset en joue en disant « je crois que j’ai perdu le fil de l’histoire ». Évidemment, le fil, c’est Lorenzo De Angelis qui le tisse, le faisant claquer au besoin, à l’aide d’un fouet, sur les projos prêts à claquer du Plateau.

Une sensation certaine et en même temps trouble se dégage de cette performance : la première hurle que Vincent Thomasset est un homme à suivre. Le trouble intervient dans un questionnement : jusqu’où ira-t-il dans sa recherche de déconstruction de la fiction ?

LES PROTRAGRONISTES (épisode 4) : Souvenirs années 80-90, chambrière, saluts. from vincent thomasset on Vimeo.

Spectacle présenté en date unique au Plateau, Frac Île-de-France, 33 rue des Alouettes, 75019, Paris .

Visuel : (c) Ilanit Ilouz

Hamilton, le nouveau héros suédois de l’espionnage en dvd
Hello Birds : Etretat lance une soirée de grande musique et un financement sur kiss kiss bank bank
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *