Performance

Ensemble Ensemble, les doublages de Vincent Thomasset au Festival d’Automne

Ensemble Ensemble, les doublages de Vincent Thomasset au Festival d’Automne

19 octobre 2017 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Dans la veine de Bodies in the Cellar et des Protagronistes et avec l’humour des Lettres de non-motivation, Vincent Thomasset continue son exploration délicieuse des faux-semblants. Ensemble Ensemble est à voir au Théâtre de la Bastille, dans le cadre du Festival d’Automne.

MOI —Partager avec toi. C’est ça. J’aimerais partager des choses.
Avec simplicité.
MOI —Tu sais, quand je dis une chose… Quand je parle… Quand je dis des choses…
Prends ton temps.
TOI —Oui…MOI —Je me lance? TOI —Ok.
Prends ton temps.

Ils sont quatre dans une black box. Aina Alegre, Lorenzo De Angelis, Julien Gallée-Ferré et Anne Steffens fonctionnent en binômes. Anne est la voix d’Aina et Aina est le corps d’Anne. Julien est la voix de Lorenzo et Lorenzo est le corps de Julien. Et ça commence comme ça : avec ce non-dialogue sur le rien. Et cela se poursuit comme cela : dans une manipulation des êtres comme si ils étaient les petits personnages ronds qui tournent sur les nouvelles boites à musique. La musique est baroque… comme souvent dans les boites à musique.

Mais Thomasset est aussi chorégraphe, il a suivi la formation Ex.e.r.ce, et Ensemble Ensemble est une pièce performative dansée.

Il y a un fil conducteur ici qui est celui de la composition d’un récit. Faire un phrase, censée, qui ne soit pas de la poésie, ce n’est pas un exercice facile finalement.

La forme est très aride. Les trois danseurs et la comédienne ont des costumes noirs et stricts réalisés par Angéle Micaux. Ils sont ultra sobres mais témoignent d’une douce folie. Anne Steffens est par exemple dotée d’un short et de soquettes blanches. Comme une enfant du milieu du siècle dernier. Ensemble Ensemble est « in-datable ».

Thomasset mélange et disperse. Les voix deviennent les corps et tout se retourne. Personne n’est personne et chacun est l’autre. Anne a trouvé un carnet intime dans un grenier et tente une enquête pour savoir qui en est l’auteur. Cela, vous voyez, c’est le cadre narratif de Ensemble Ensemble. Quelle importance ? Ce qui compte ici, c’est le mouvement, celui des mots comme des corps, dirigés dans un contre-jour cinématographique sur fond bleu sombre.

Ils nous entraine dans un conte fantastique et insensé où les arbres tombent amoureux et où les adultes jouent comme des enfants. Vincent Thomasset s’impose de plus en plus comme un créateur protéiforme, ultra élégant. Il évolue dans son monde, où les frontières sont poreuses. Le cinéma, la radio, la danse et le théâtre sont des outils et ce metteur en scène sait les faire jouer dans une dissonance parfaite.

Visuel © Philippe Munda

Le Camion de Duras sur une voie de traverse
Libération perd son numéro 2 !
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. amelie@toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *