Opéra
Une Platée de Minkowski / Pelly toujours aussi réjouissante à l’Opéra Garnier

Une Platée de Minkowski / Pelly toujours aussi réjouissante à l’Opéra Garnier

28 septembre 2015 | PAR Yaël Hirsch

Platée l’opéra-bouffe de Jean-Philippe Rameau (1745) mis en scène par Laurent Pelly et agité joyeusement par la direction de Marc Minkowski face aux Chœur et Orchestre des Musiciens du Louvre-Grenoble, n’a pas pris une ride. Dans des costumes signés Chantal Thomas, chorégraphié avec génie par Laura Scozzi et avec la vibrante Julie Fuchs en allégorie virtuose de la folie, ce reprise est une mine d’or. A voir avant le 8 octobre 2015 à l’Opéra Garnier.

[rating=4]

Pour confondre la jalousie de sa femme Junon, Jupiter le foudroyant fait de Platée, la nymphe-grenouille le nouvel objet un peu abject de sa fougue. Vaniteuse, cette dernière se pavane dans son marécage, insensible au ton de moquerie que ses proches peuvent emprunter….

En deux actes et 4 tableaux, Laurent Pelly déconstruit avec élégance le théâtre cruel des Dieux pour laisser apparaître la vase des marécages où grenouillent Platée et ses proches. L’utilisation de la fosse et de certains balcon pour étendre la scène, le rythme endiablé de l’Orchestre des Musiciens du Louvre, les costumes chatoyants de Chantal Thomas et surtout les multiples et mirifiques chorégraphies qui viennent meubler, non sans humour (jeux de genres, avec notamment trois « grâces » masculines en slip et soutien gorge) les innombrables suites et ballets, permettent à l’opéra de toujours se renouveler et de ne jamais lasser le public.Il y a quelque chose à la fois féerique et grotesque à la fois dans ce menuet assez cruel de crapauds verts et moqueurs. Mais le coup de foudre est dans cette version de 2015 pour les voix. Jouant la grenouille avec génie, poussant son timbre de ténor vers le contre-ténor, Philippe Talbot incarne une Platée sensible et lumineuse. En face, François Lis dote Jupiter d’une sécheresse parfaitement détachée sous ses habits glam-rock. Enfin, dans le rôle de Thalie et surtout dans celui – très attendu- de la Folie, Julie Fuchs est tout simplement époustouflante.

Un festin de voix et de vue, cette Platée mérite d’être souvent revue et réentendue dirigée par le maestro Minkowski.

Platée, de Jean-Philippe Rameau, Orchestre et chœur des Musiciens du Louvre Grenoble. direction Marc Minkowski, mise en scène : Laurent Pelly, costumes : Chantal Thomas, chorégraphie : Laura Scozzi, voix : Philippe Talbot, Frédéric Antoun, Julie Fuchs, François Lis, Aurélia Legay… Durée : 2h30 + 30 min d’entracte.

photo : Agathe Poupeney

Infos pratiques

Elephant Paname
Kraspek Myzik
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *