Jeune Public
Le concert pour bébés de Paulo Lameiro, un vrai spectacle

Le concert pour bébés de Paulo Lameiro, un vrai spectacle

22 juin 2015 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le théâtre de la Ville, dans le cadre du Festival Chantiers d’Europe, proposait hier en date unique un concept rare : un concert pour bébé, ou plutôt pour jeune public dès la naissance. Un moment de joie pour les enfants et d’émotions pour les parents /amis / oncles et tantes / grands parents…

Tout commence dans la salle où le public est invité à s’asseoir de façon classique. Très vite Paulo Lameiro, Isabel Catarino, Inesa Markava et Cristiana Francisco s’approchent des enfants vêtus comme de sobres papillons. Ils se présentent et embarquent ceux qui le désirent sur la scène. Bientôt tous, adultes et bébés seront assis sur le plateau. Au centre, une forêt de bambous colorés s’ouvrira et entreront Alberto Roque (saxophone baryton & ocarina) José Lopes (saxophone alto & cavaquinho), Nuno Gonçalves (clarinette) et Pedro Santos (accordéon).

Paulo Lameiro a conçu ce projet qui semble évident : un concert où les bébés sont là pour écouter. Quoi ? Le boléro de Ravel, du Mozart, des sons traditionnels portugais comme le cavaquinho.

La force de ce concert, qui a reçu le prix Yeah Young EARopean, est de déculpabiliser les parents. Votre enfant peut pleurer, faire du bruit, ne pas rester en place. Eux gèrent. Eux gèrent et sans jamais perde de vue leurs notes, leurs chants ou la chorégraphie. C’est un vrai spectacle à la lumière léchée.

Faire du vrai spectacle pour les moins de trois ans reste un acte rare. La compagnie Gingo Parrot fait ce travail, qui traite ses spectateurs avec la plus grande exigence en leur faisant partager ses décors, ses installations vidéos et son histoire. Mais le fait est rare. On se souvient aussi du sublime Elle est où la lune, qui se jouait au Théâtre Paris Villette à partir de 2 ans. Là, c’était Claudel qui était rendu accessible aux très petits. Ici, le Théâtre de la Ville fait fort en permettant un accès à tout l’art technique de maîtrise du son. Les enfants sont plongés dans le meilleur, dès le départ. Il est fascinant de les regarder, de les voir toucher les saxophones, faire des notes…

Le concert passe en un clin d’œil et pourtant il dure 45 minutes, soit beaucoup plus que les activités proposées normalement pour les bébés. Un vrai défi, superbement relevé.

Visuel : ©Marta Vidanes

Gagnez 5×2 places pour Liliom au théâtre de l’Odéon
Un épisode des Simpson inspiré du film Boyhood
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *