Jeune Public

« Histoires de fouilles », le 20000 lieux sous la terre de David Wahl

« Histoires de fouilles », le 20000 lieux sous la terre de David Wahl

13 octobre 2019 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Ce weekend se tenait la nouvelle édition du festival jeune et très jeune public, La grande échelle. Une manifestation monstre où 40 représentations avaient lieu non stop à destination de tous les enfants, même les grands bébés de 1 an. Cette programmation initiée par l’Adami permettait de voir, notamment,  Histoire de Fouilles, la pièce scientifique de David Wahl. 

C’est donc au Monfort qui accueillait La grande échelle 2019 que se déroulaient les spectacles ( programmés par Camille Foucher et Bintou Dembélé ). Pour la pièce de Wahl, à destination des CP-CE2, le résumé peut refroidir : « c’est un spectacle qui questionne les enjeux écologiques ». Pourtant aucun green washing tendance ici, loin de là. Ce serait mal connaître ce comédien qui déborde du plateau. On apprend en faisant un tour sur son site qu’il est actuellement « artiste associé à Océanopolis, Brest – Centre de Culture Scientifique et Technique dédié à l’Océan « . Peu classique !  Savoir qu’il est latiniste et historien permet d’entrer en sécurité dans ces Histoires de fouilles.

Il s’agit d’un conte scientifique passionnant où on apprend une tonne de trucs. Vous saviez, vous, que le plastique avait été créé pour répondre à l’impossibilité d’import d’ivoire en pleine de guerre  de Sécession aux États-Unis ?  On vous raconte :  un concours est lancé en 1863 par le groupe Phelan et Collender pour trouver un nouveau matériau permettant de créer des boules de billard sans ivoire. L’imprimeur John Wesley Hyatt réussit en 1869 à recouvrir une bille de billard avec du collodion, une « solution de nitrate de cellulose additionnée de camphre  » (merci Wikipedia!).  Cette histoire, comme tant d’autres, nous est racontée en direct d’un grand bac à sable. 

Pour le moment,  pas d’histoire. David a disparu et Gaëlle ( Gaëlle Hauserman), son associée le cherche avec l’aide du public. Comme une taupe il sortira de terre. L’effet est résolument clownesque et les rires éclatent. Tous les deux ont d’ailleurs des allures de clowns, lui en pantalon immense et elle avec des collants bariolés. Ils s’amusent beaucoup dans une interaction régulière avec les enfants. Ici, il est plus question d’une quête de connaissance que d’une prise de conscience. L’un amenant à l’autre avec beaucoup d’intelligence.

Le duo conte à merveille dans un équilibre très maîtrisé entre vraie conférence sur l’histoire de la science et vrai divertissement jeune public. Pas de morale basique dans ces Histoires de fouilles, au contraire. On sort de ce spectacle avec des connaissances neuves sur le plastique et sur les évolutions déjà existantes et vraiment rassurantes ! 

A voir le 19 octobre au Maïf Social Club. Informations ici.

Visuel : ©Erwan Floch

Week-end de départ pour le Festival Lumière 2019
La playlist dans le vent
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *