Humour

Roukiata Ouedrago, un seul-en-scène à l’humour dévastateur

Roukiata Ouedrago, un seul-en-scène à l’humour dévastateur

19 février 2019 | PAR Jean Emmanuel P.

Comédienne burkinabée, Roukiata Ouedrago choisit dans son nouveau spectacle, « Je demande la route », de raconter son propre vécu, allant de l’école primaire au Burkina jusqu’aux planches parisiennes et d’en faire une sorte d’épopée culturelle et sociale. Un seul-en-scène, à la fois grave et léger.

Roukiata Ouedrago, également chroniqueuse dans l’émission Par Jupiter ! sur France Inter,  n’en est pas à son coup d’essai. Après Yennenga, et Ouagadougou pressé, avec ce nouveau spectacle, présenté d’abord au Lucernaire et actuellement au Théâtre de l’Oeuvre, Roukiata raconte désormais son propre vécu à la fois personnel et professionnel.

On apprend au cours du spectacle la signification en Afrique de l’expression « Je demande la route », qui est de prendre congé de quelqu’un : si vous demandez la route à votre interlocuteur, et que celui-ci répond favorablement tout de suite, cela est considéré comme impoli et signifie qu’il souhaite se séparer de vous. Mieux vaut donc lui demander trois fois…

Le spectacle commence, alors qu’elle n’a que 8 ans, elle nous raconte son éducation sévère dans son pays, coincée entre une mère aimante mais exigeante, un oncle qui a fait les deux guerres, et un professeur n’hésitant pas à recourir à une chaîne de mobylette pour diriger sa classe de cent élèves.

Elle enchaîne les saynètes. Une fois arrivée en France, elle est successivement caissière, coiffeuse à Château-Rouge, nounou, maquilleuse… Elle nous fait rire, avec ou sans accent, sur ses péripéties, avec force anecdotes, et en faisant part de ses propres émotions : le froid dès l’arrivée à l’aéroport, le fait d’offrir des fleurs pour être courtois (plutôt que d’apporter de la nourriture comme en Afrique)… Elle décide ensuite de suivre les cours Florent pour devenir comédienne. 

Roukiata Ouedrago n’hésite pas pourtant à parler de sujets graves comme l’excision et le racisme. Si elle ne nous épargne pas non plus sur nos propres us et coutumes, elle le fait toujours avec finesse et drôlerie.

Auteur : Roukiata Ouedraogo et Stéphane Eiard

Interprète : Roukiata Ouedraogo

Réalisateur/Metteur en Scène : Roukiata Ouedraogo

Dates : Au Théâtre de l’Oeuvre jusqu’au 24 avril et en tournée.

Saisons européennes d’opéra : Amsterdam est en ligne !
Clément Julliard remporte les planches de l’Icart
Jean Emmanuel P.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *