Humour

Greg Romano, Un Stand-Up pour se relever [Interview]

Greg Romano, Un Stand-Up pour se relever [Interview]

14 novembre 2017 | PAR Eloise Bouchet

A l’occasion des deux ans des attentats du 13 novembre, le chanteur Babx a pris les rênes de la rédaction. Il sera sur la scène de la Cigale le 27 novembre pour présenter Ascensions, son dernier album. Sa direction a été claire : interroger la notion de relève dans le monde culturel. Actuellement sur la scène du BO Saint-Martin, Greg Romano a intitulé son spectacle, « Lève-Toi et Tombe! ». Un spectacle 100 % Relève.

Qu’est-ce qui vous a mené à la scène et plus particulièrement au One Man?
Je viens de Nice et je suis arrivé en 2003 à Paris pour faire de la radio. En 2008, j’ai subi une lourde opération du cœur, j’ai failli y passer. Je me suis dit : il m’est arrivé plein de merdes dans ma vie, il faut que je les raconte sur scène.

Un jour, je suis passé devant une scène ouverte, au Café de Paris. Je leur ai demandé si je pouvais y jouer. Ils m’ont proposé de revenir un mois plus tard, ce qui m’a forcé à écrire mon premier sketch en un mois. C’est la première fois que je montais sur scène.

Depuis toujours, j’ai le désir de faire rire. Je le faisais déjà à la radio. Mais le théâtre, ce n’est pas pareil, c’est du direct. On sait immédiatement si une blague fonctionne ou pas.

L’humour est-il « un art d’exister », une échappatoire?
Raconter ma vie, mon histoire, c’est en quelque sorte une thérapie. Rencontrer, à la fin des représentations, des spectateurs ravis qui m’adressent des messages pleins de gentillesse… C’est mon bonheur. Je suis le parrain de l’association des Syndromes de Marfan, une maladie génétique dont je suis moi-même atteint. Ses membres me disent que mon spectacle leur donne de la force et de l’espoir. C’est très important pour moi. Je voulais avoir quelque chose à raconter. Quelque chose de vrai. Parfois, les gens hallucinent : « c’est vrai ce qui vous est arrivé ? ». Et oui ! 98% de ce que je raconte dans mon spectacle est vrai.

Dans votre spectacle Lève-toi et tombe, vous évitez habilement l’écueil de la pitié, malgré un sujet qui pourrait s’y prêter. A-t-il été difficile de trouver le bon ton?
Avec Navo, mon co-auteur, on tenait vraiment à l’éviter. Je suis sur la corde raide entre l’humour et l’émotion. J’ai mis un peu de trash dans le spectacle, ce qui contribue à ne pas tomber dans la plainte.

Votre première expérience sur scène ?
C’était une très bonne expérience. Ça a été aussi ma première leçon. La deuxième fois que je suis monté sur scène, j’y suis allé en dilettante, trop confiant, et je me suis pris une grosse claque. J’ai eu des blancs, j’ai oublié mon texte …

Le métier d’humoriste est un vrai métier, qui nécessite beaucoup de travail. Rien n’est jamais acquis. On doit tester et affiner en permanence ses blagues et son jeu.

Vous avez aussi travaillé en tant qu’auteur, notamment avec Vérino pour l’émission On n’demande qu’à en rire...
Oui, on a travaillé plus d’un an et demi ensemble, et on a écrit plus de 40 sketches pour France Télévisions. Vérino a été une vraie rencontre, professionnelle et amicale. C’est devenu un pote, j’ai fait sa première partie à l’Olympia, et j’ai beaucoup partagé avec lui pendant un an et demi.

J’ai aussi écrit pour Alban Ivanov, pour le Before du Grand journal, mais aussi pour Ce soir avec Arthur sur TF1, et Toque show sur M6. Le travail d’écriture me plait beaucoup même si je préfère la scène, le contact avec le public.

Vous avez également fait partie du collectif d’humoristes Golden Moustache… La visibilité dont vous bénéficiez sur internet vous semble-t-elle indispensable dans ce métier?
Je fais partie de Golden Moustache depuis cinq, six ans mais j’y suis aujourd’hui beaucoup moins actif qu’avant. J’ai lancé ma propre chaine Youtube, mise à jour l’année dernière. Je préfère consacrer plus de temps à ma chaine, qui commence à bien monter ! Et ça me permet de m’identifier.
Faire des vidéos me permet d’avoir une plus grande visibilité et faire venir du monde à mon spectacle.

En tant que spectateur, quel est votre type d’humoriste?
Il y a un humoriste que j’adore, c’est Louis CK. J’aime son côté un peu maladroit. Le fait qu’il raconte toute sa vie, et surtout ses déboires, sans filtre.
Parmi les humoristes français, j’aime beaucoup l’humour absurde et un peu barré de Thomas VDB ou encore de Monsieur Fraize. Même si c’est un humour très différent de celui qu’on trouve dans mon spectacle.

Vos projets pour la suite?
Avec Artus, on va surtout retravailler la mise en scène pour faire encore plus évoluer le spectacle!

Propos recueillis par Eloïse Bouchet, le 9 novembre 2017

« Lève-toi et tombe », de Greg Romano
STAN : “On a tous quelque chose en nous de De Vinci”
Eloise Bouchet

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *