Danse

« Rassemblement », la danse contemporaine et urbaine de la Débordante Compagnie

« Rassemblement », la danse contemporaine et urbaine de la Débordante Compagnie

27 août 2015 | PAR La Rédaction

Après le succès très mérité de Ce qui m’est dû en 2014, spectacle engagé à la confluence du récit et de la danse, la Débordante Compagnie était à Chalon avec Rassemblement, un spectacle programmé dans le IN, cette fois exclusivement dansé, et radicalement pensé pour la rue.

[rating=5]

Tout commence par un rendez-vous mystérieux, le point de rencontre n’étant donné qu’aux spectateurs munis de billets. Et encore, il ne s’agit même pas encore du point de départ du spectacle. Divisé en quatre groupes, le public est invité à se rendre dans des rues adjacentes, où il doit être rejoint par un couple de danseurs qu’il lui faudra suivre au long d’une déambulation dans les rues de la ville. Le ton est donné : la surprise sera au rendez-vous, on risquera de s’égarer au hasard des rues, on essaiera d’éviter la circulation sans perdre les danseurs des yeux, et, surtout, on découvrira des endroits où l’on n’aurait jamais autrement eu l’idée d’explorer.

On se rend au point de départ assigné, avec son groupe. Deux jeunes gens arrivent finalement sur le trottoir d’en face. Sans un mot, après avoir invité le public du regard, ils se mettent en mouvement. La danse est clairement contemporaine, elle épouse les accidents de parcours, mobilier urbain comme halls d’immeubles, véhicules en circulation ou à l’arrêt. Les danseurs s’invitent dans les commerces, dans les maisons, s’adressent aux habitants et aux automobilistes. Ils ne traversent pas seulement l’espace urbain : ils l’épousent, dialoguent avec lui, l’explorent, le révèlent aux spectateurs qui les suivent depuis le trottoir opposé. Ils cherchent le contact avec les personnes qui le peuplent, au hasard de cette errance dansée, au hasard aussi des rencontres. Ils se cherchent, se perdent, s’appuient l’un sur l’autre, tissent progressivement le duo reliant leurs deux trajectoires singulières.

On hésite à révéler l’ultime péripétie de cette pérégrination, tant l’élément de surprise y joue un rôle. Ce qu’on peut en dire, c’est qu’il ne manque ni de force ni de majesté. Après avoir exploré l’espace urbain et notre rapport à notre environnement (et à ceux qui l’habitent), la chorégraphe nous interroge sur notre rapport à nous, public, à ceux qui assistent au même spectacle tout autant qu’à qu’à ceux qui nous l’offrent. La distance entre l’artiste et le spectateur étant finalement brouillée, s’installe un moment de flottement où rien n’est certain mais tout est envisageable. On se dévisage, on cherche sa place à soi, on prend conscience de la place de l’autre, physiquement autant que symboliquement. C’est beau, cela interpelle, cela provoque l’émotion, c’est une belle réussite.

Conçu de bout en bout pour une déambulation urbaine, traversé par la grâce d’une chorégraphie d’abord minimaliste qui se révèle à mesure du parcours, totalement habité par une grande humanité et un souci de chaque être, Rassemblement est une très belle réussite. Avantage ultime du spectacle de rue, on peut parfaire l’expérience en discutant à l’ombre d’un arbre avec « ses » danseurs, qui sont ravis de cette occasion d’échanger avec le public, sincèrement touchés des compliments qui leurs sont faits. Héloïse Desfarges et Antoine Raimondi ne sont donc pas en scène pour ce spectacle, mais on retrouve toute la patte de la Débordante Compagnie : exigence technique, capacité à susciter émerveillement et réflexion, utilisation parcimonieuse mais efficace de la musique, et une disponibilité totale à la rencontre avec l’Autre.

Mathieu Dochtermann

COPRODUCTIONS

Coproductions : Le Fourneau, CNAR / Brest ; Pronomades, CNAR / Encausse-les-Thermes ; L’Abattoir, CNAR / Chalon-sur-Sâone ; Coopérative de Rue et de Cirque / Paris ; Hameka, Fabrique des Arts de la Rue et du Théâtre Basque / Louhossoa.
Subventionnée par : DRAC Île-de-France ; Région Île-de-France ; Ville de Paris ; ADAMI.
Avec le soutien de : Animakt, Lieu de Fabrique pour les Arts de la Rue / Saulx-les-Chartreux ; Le pOlau, Pôle des Arts Urbains / Saint-Pierre-des-Corps ; le Shakirail, Collectif Curry Vavart / Paris.
Aide à l’écriture : Association Beaumarchais.
DISTRIBUTION

Direction Artistique : Héloise Desfarges.
Scénographie : Cléo Laigret.
Interprètes : Anne-Sophie Gabert, Pierre Glottin, Claire Rivera, Löre Wernly, Hedi Zammouri, Julie Galopin, Perrine Gontié, Rémi Leblancmessager.
Musicien : Julien Joubert.
Regard extérieur : Antoine Raimondi

http://www.ladebordante.com/home.htm

Visuel : ©Chalon dans la rue

Décès de Claude Cabanes, ex rédacteur en chef de « L’Humanité »
[Critique] « Une enfance » de Philippe Claudel : une chronique de l’enfance un peu anecdotique
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *