Comédie musicale

Un misanthrope joliment fidèle à Molière au Théâtre du Ranelagh

Un misanthrope joliment fidèle à Molière au Théâtre du Ranelagh

02 mars 2020 | PAR Yaël Hirsch

Après avoir incarné Sosie dans Amphitryon en 2017, Nicolas Vaude retourne à Molière et au théâtre du Ranelagh où il avait créé Le neveu de Rameau en 2013. Avec Chloé Lambert, ils jouent et mettent en scène le couple mythique Alceste/Célimène dans une version lumineuse et sensuelle de la pièce de Molière. 

Alceste (touchant Nicolas Vaude) est un homme déçu par le genre humain, tandis que son ami humaniste, Philinte (Laurent Natrella, plein de panache) tente de le convaincre d’aller vers plus de tolérance pour les faiblesses de ses contemporains, Alceste risque gros quand il vexe Oronte (excellent Pierre Val). Une seule âme, coquette et fragile, mais tellement soucieuse de plaire qu’elle ne peut que le faire, a grâce à ses yeux : la belle Célimène retient Alceste (Chloé Lambert) au monde mais lorsque Arsinoe (royale Hélène Barillé) lui dévoile combien sa belle badine et même le trahit, Alceste devient fou de douleur et veut se retirer du monde… A moins que Célimène ne le raisonne.. 

Alors que la scénographie sensuelle et élégante de Thibault Ameline joue de miroirs, de roses et de tables pour refléter le joli écrin du Théâtre du Ranelagh et que les comédiens l’utilisent dans sa longueur pour nous faire sentir encore plus « à la maison », cette version épurée du Misanthrope permet d’entendre chaque mot et de goûter pleinement le texte de Molière. Les costumes sont entre hier et aujourd’hui, les lumières sont douces et tamisées et la pièce est peine modernisée (coup de tonnerre du premier set de chansons, avant de passer à des références plus « italienement » baroques et du sublime Bashung) pour faire du Misanthrope un personnage universel. Et pendant plus de deux heures, en suivant les performance très sensibles et épurées des comédiens, l’on se plonge dans l’univers de Molière en s’identifiant à ses personnages avec volupté et intensité. Une mise en scène au service du texte, parfaite pour découvrir le texte de 1666 mais aussi pour s’y replonger. Une pièce que les étrangers peuvent aussi suivre grâce aux sous-titres anglais prévus à certaines dates en partenariat avec Theatre in Paris. (You can follow Molière’s Misanthrope with english subtitles in partnership with Theatre in Paris). 

visuel : affiche du spectacle 

Infos pratiques

le Caveau de la République
Théâtre Bouffes Parisiens
theatre_du_ranelagh

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *