Comédie musicale
[Reprise] « Singin’ in the Rain » : l’adaptation de Robert Carsen triomphe à nouveau au Châtelet

[Reprise] « Singin’ in the Rain » : l’adaptation de Robert Carsen triomphe à nouveau au Châtelet

06 décembre 2015 | PAR Jean-Christophe Mary

Attention chef-d’œuvre ! Cette adaptation scénique du film de Stanley Donen et Gene Kelly au théâtre du Châtelet est une vraie réussite.

[rating=4]

Lire notre chronique du spectacle à sa création l’an dernier, ici.

Reconstituée en tableaux, chorégraphies époustouflantes et numéros de taps dance plus spectaculaires les uns que les autres, ce grand classique tire son inspiration de l’âge d’or d’Hollywood, à la fin de l’ère du cinéma muet.

Don Lockwood ancien danseur de music hall est devenu une star du cinéma muet. Sa partenaire Lina Lamont aux faux airs de Betty Boop et Maryline Monroe est persuadée qu’ils forment un couple à la ville comme à l’écran. Alors que Le Chanteur de Jazz, le tout premier film parlant, connaît un succès fulgurant, le directeur du studio R.F Simpson décide de transformer le nouveau film du duo Lockwood / Lamont en version parlante. L’équipe de production est confrontée à de nombreuses difficultés, notamment l’insupportable voix nasillarde de Lina Lamont. Le meilleur ami de Don Lockwood, Cosmo Brown, a l’idée d’engager Kathy Selden pour doubler la voix de Lina et de transformer The Dueling Cavalier en comédie musicale intitulée The Dancing Cavalier. Le film sera un triomphe

Singin’ in the rain est considéré par les aficionados comme l’une des comédies musicales les plus importantes de tous les temps, immortalisée par cette séquence célèbre où Gene Kelly danse sous la pluie.

Dès le premier acte le rideau se lève sur un imposant dispositif scénique : la façade d’une salle de cinéma qui laisse place à son tour à une somptueuse villa hollywoodienne puis à des décors de studio en briques plus vrai que nature, avec sa machinerie imposante, ses projecteurs impressionnants. Cette iidée du générique de film hollywoodien en noir en blanc en préambule-clin d’oeil appuyé à -The Artist- nous plonge d’entrée dans l’ambiance du cinéma muet de la fin des années 20. Ce bord d’écran géant recouvrant la scène, ces projections de petits films en noir et blanc décalés (celui avec Lambert Wilson est très drôle) sont de belles trouvailles. L’histoire d’amitié et d’amour entre les trois artistes de music hall devenus vedettes de cinéma. De bout en bout, cette partition est une ode à l’optimisme au travail, à l’imagination, à la ténacité et à l’amitié avec en toile de fond la fin d’une époque. C’est le passage du cinéma muet au cinéma parlant. Cette belle production, teintée de jazz, de chansons pop avant l’heure mets en scène de façon spectaculaire, une trentaine de comédiens, chanteurs et danseurs, tous plus fascinants les uns que les autres dans ces chorégraphies et numéros de taps (claquettes) réglés au millimètre. La partition musicale, entrecoupée de sublimes chanson d’amour, est servie ici par des pointures du genre : Dan Burton qui excelle dans le rôle de Don Lockwood, Clare Halse (Kathy Selden) voix lumineuse et Emma Kate Nelson qui joue à merveille de sa voix suraiguë une Lina Lamont aussi bête qu’insupportable. Seul petit changement dans la distribution, Emma Lindars reprend le rôle de Dora Bailey que tenait Jennie Dale en mars.

Décors impressionnants et costumes soignés aux tonalités noir, blanc ou gris scintillants, chorégraphies spectaculaires, Robert Carsen signe là une mise en scène d’un haut niveau. Dépêchez vous de réserver.

Singin’ in the Rain d’après le film de Stanley Donen et les chorégraphies de Gene kelly. Mise en scène : Robert Carsen, chorégraphies : Stephen Mear, costumes : Anthony Powell. Avec Dan Burton, Kathy Selden, Emma Kate Nelson. Durée du spectacle : 2h40.

Infos pratiques

La Route du Rock
Abbaye de Noirlac
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *