Cirque
Marie Chapoullié nous parle de Village de cirque #18

Marie Chapoullié nous parle de Village de cirque #18

06 septembre 2022 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Marie Chapoullié est Secrétaire générale Coopérative De Rue et De Cirque. Cette organisation est à la tête du festival Village de cirque dont se tiendra du 9 au 25 septembre 2022 la dix-huitième édition à Paris. Elle nous dit tout de ce bel événement !

J’adore l’affiche qui semble annoncer la couleur. Pouvez-vous la décrire et nous expliquer ce choix ?

Nous partons toujours de photos de compagnies programmées comme base au visuel de chaque nouvelle édition. Le mouvement est la composante incontournable de l’ensemble des visuels de la Coopérative De Rue et De Cirque. Le cirque est par excellence un art du mouvement, de l’espace. Ensuite c’est notre graphiste, Philippe Deutsch, qui apporte sa patte, qui donne forme à une intention, une envie que nous lui relayons. Nous travaillons ensemble depuis des années et chaque nouveau visuel est une petite aventure. Ce visuel est coloré, joyeux comme notre désir de spectacle et de rencontre après le covid, une grande envie de vie et de joie. Les deux personnages font partie du spectacle « Le lac des cygnes » de Florence Caillon / Cie L’Eolienne, leur costumes sont très beaux, ils témoignent d’une grande liberté de création et de croisement entre les arts et les genres. Pour le vert c’est l’espoir, l’avenir, la suite.

Village de Cirque est un immense rassemblement. Est-ce un festival ou un rendez-vous professionnel ?

Le festival Village de cirque est un temps fort bien repéré par le public mais également les professionnel.le.s, c’est vrai. Nous nous en réjouissons, car c’est ainsi une belle fenêtre de visibilité pour les compagnies, un passage à Paris en tout début de saison, une étape importante dans la vie d’un spectacle. La programmation est bien suivie par la profession que nous accueillons avec grand plaisir. Nous proposons régulièrement des rencontres professionnelles, des temps d’échanges et de discussions afin de participer à notre échelle à la structuration du réseau et de continuer à enrichir nos pratiques.

C’est un festival, oui, un espace de création éphémère  de plusieurs semaines que nous montons chaque année de toute pièce et qui ne laisse ensuite plus aucune trace sur la pelouse de Reuilly. L’esprit du Village de cirque est très particulier. Nous nous trouvons en bordure de ville, en lisière de forêt, c’est un peu magique. Par ailleurs, nous avons toujours imaginé le Village de cirque comme un lieu de croisement, de rencontre entre les publics et les artistes, un espace à vivre au-delà du spectacle. Il fait bon passer d’un spectacle à un autre, prendre le temps de la flânerie dans un transat, boire un verre, découvrir des esthétiques, des univers.

Vous revendiquez une vision plurielle du cirque. Pouvez-vous m’expliquer ?

Bien qu’étant un art très ancien, ce sont bien souvent des équipes jeunes aux commandes. Il y a donc peu de risques d’endormissement. Les créations sont ainsi traversées par les problématiques de société, le cirque est en prise avec le réel et les techniques et agrès très variés offrent une palette de langage et d’écriture plutôt vaste. Les spectacles sont écrits, servent souvent un propos, on parle d’auteur.trices de cirque aujourd’hui et ces intentions portées au plateau prennent bien entendu des formes très différentes. Le cirque est un art pluriel qui se nourrit du monde qu’il traverse et ne cesse de nous surprendre par son immense capacité à se renouveler, s’inventer. Il y a également une façon de travailler en équipe très particulière, une dimension collective qui ouvre grandes les portes. Des grandes formes aux soli, du chapiteau aux déambulations en extérieur, de l’écriture ciselée à la performance, toutes les formes sont à l’œuvre, rien n’est impossible.

J’étais étonnée de voir de la danse être programmée. Est-ce que la danse est un partenaire attendu du cirque ?

Oui bien entendu et c’est assez naturel d’ailleurs puisque nous sommes sur des arts du corps en mouvement. Le renouvellement des équipes de cirque historique dans les années 70, la création des écoles de cirque recrutant des jeunes issus de tous horizons et non plus une transmission de numéro au sein d’une famille a tout à fait bouleversé le cirque et permis une ouverture au monde et aux autres arts. La danse traverse la formation des artistes aujourd’hui et enrichit leur pratique. Les collaborations avec des chorégraphes sont nombreuses, il y a une grande porosité entre cirque et danse. Deux spectacles cette année se frottent ouvertement à la danse, Le lac des cygnes / Cie L’Eolienne qui est une adaptation du célèbre ballet et En attendant le grand soir / Cie Le doux supplice qui propose un voyage entre les danses et finit en bal, c’est irrésistible. Pour finir, la création de Juste avant de Nathalie Pernette trouve toute sa place au Village de cirque comme l’année passée la création En-Mêlées de Jean-Antoine Bigot / Cie Ex Nihilo. Il y a une vraie porosité entre ces mondes, preuve en est le temps fort danse que nous programmons au printemps dans l’espace public « TempsDanse » et dans lequel se croisent danseurs.euses et circassiens.iennes.

C’est la 18e édition de Village de Cirque. Pouvez vous regarder dans le rétro et me dire quelles ont été les grandes évolutions depuis bientôt 20 ans ?

18 ans, ça passe vite. Le Village de cirque est devenu un rendez-vous attendu, un espace de représentation intéressant pour les compagnies, de visibilité et de repérage pour les professionnel.les. Le Village de cirque est suivi par un public que nous retrouvons d’une année sur l’autre, qui nous fait confiance et nous l’en remercions. Nous adorons voir les gens passer d’un spectacle à l’autre, jouant la carte de la découverte et nous sommes convaincus qu’il ne faut jamais mésestimer la capacité du public à accueillir de nouvelles formes, de nouvelles expériences. Nous essayons d’offrir une programmation de qualité, qui ne cède en rien à l’exigence tout en étant accessible. De grandes formes autour desquelles nous proposons de plus petites formes comme un parcours possible, artistique et sensible. Le Village de cirque accompagne bien entendu des compagnies en création, offrant des temps de résidence. La prise de risque est bien là aussi. Pour les 10 ans nous avions accueilli Tony Gatlif pour une soirée musicale exceptionnelle, un souvenir mémorable, nous verrons bien pour les 20 ans ! En attendant, nous vous attendons immensément nombreux.seuses ! A très vite

Village de cirque #18

Le festival du cirque sous toutes ses formes

Du 9 au 25 septembre 2022

pelouse de Reuilly, Paris 12

www.2r2c.coop – 01 46 22 33 71

Visuel : Affiche

L’agenda classique et lyrique du 6 septembre 2022
Galván intime dans l’immense Chapelle Saint Louis
Avatar photo
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture