Cirque
« Les Folies Gruss », le nouveau spectacle familial et surprenant de la Compagnie Gruss !

« Les Folies Gruss », le nouveau spectacle familial et surprenant de la Compagnie Gruss !

22 novembre 2019 | PAR Chloé Coppalle

A Paris jusqu’au 19 janvier 2020, la Compagnie Alexis Gruss dévoile son nouveau spectacle, les Folies Gruss ! Pour ce nouveau chapitre, différentes pratiques artistiques s’articulent dans une ambiance familiale Porte de Passy ! 

La Compagnie Alexis Gruss fut montée par le maître écuyer Alexis Gruss en 1974. La particularité de cette compagnie, et de ce nouveau spectacle, est d’articuler différentes disciplines issues des arts du cirque, comme l’acrobatie aérienne, le jonglage ou la voltige équestre. Mais surtout, Alexis Gruss représente la quatrième génération Gruss, et travaille avec ses enfants et petits-enfants ! Et c’est cet air familial qui ressort incontestablement du spectacle, qui est marqué par la disponibilité de la troupe. Présente avant le spectacle pour discuter avec les spectateurs venus apprécier son travail, elle se tient présente, au grand complet, devant l’ouverture de la salle à la fin de la performance pour remercier le public, et lui accorder du temps.

Le spectacle accueille des chevaux depuis 1980. Mais qui dit animal, dit caractère ! L’équipe s’est vue gérer les mauvais élèves : placés les uns derrières les autres au galop, un des chevaux essaye d’aller plus vite que celui qui est devant, tandis qu’un autre essaye de lui mordiller les fesses ! La compagnie propose des numéros équestres audacieux, comme celui d’Alexandre Gruss, petit-fils d’Alexis. Alors qu’il arrive sur deux chevaux au galop, debout, une jambe sur chaque cheval, un deuxième équidé arrive et passe au milieu des deux montures portant le cavalier. Après être passé entre les jambes de l’écuyer, l’animal se place devant eux sur la piste quand un autre cheval arrive, passe à son tour entre les deux chevaux et Alexandre, et se place à côté du premier cheval déjà passé. Un troisième animal entre à la suite, et réalise le même parcours, se retrouvant lui aussi aux côtés des deux premiers arrivés. Trois nouveaux chevaux entrent en piste, et réalisent l’un après l’autre le même parcours. Alexandre Gruss se retrouve avec six chevaux devant lui, chacun passé entre ses jambes. Alors que le public pense que le tour va finir là, un, puis deux, puis trois nouveaux chevaux réalisent le numéro à leur tour. Et là, un autre animal entre en piste. La question se pose : comment le cavalier va-t-il faire pour rester debout, la jambe gauche sur un cheval, la jambe droite sur un autre, tenant dans ses mains les longes des neufs chevaux galopant devant lui ? Le tour est réellement impressionnant puisque ce n’est pas moins de quinze chevaux qui participeront ! Comme l’indique le nom du spectacle, c’est de la folie ! 

Mais c’est Firmin Gruss, l’un des fils d’Alexis, qui ouvre le spectacle avec sa femme, Sveltlana Gruss, dans des tours impressionnants réalisés dans les airs ! Svetltana Gruss enchaînera également les numéros avec Kaylie Griffiths, l’autre acrobate de la troupe, avec beaucoup de technique et de minutions dans leurs performances. Elles enchaînent grands écarts, virevoltes dans les airs et acrobaties. La maîtrise des deux femmes est visible, et petit à petit, des tours mettant en lien le cheval et l’acrobatie aérienne apparaissent. Firmin arrive sur scène, et réussi à monter sur un cheval en plein galop. Il se place alors debout sur les flancs arrières de l’animal. Sveltlana saute à son tour sur l’équidé. Toujours au galop, la jeune femme s’installe sur la jambe de Firmin, qui a dû plier le genoux pour l’accueillir. Puis, tous les deux, accrocher à une corde qu’on leur a lancé, s’élancent dans les airs pour quitter le dos du cheval. 

Pendant une heure et demie, la Compagnie emmène son public dans un ensemble de numéros maîtrisés, avec humour, le tout accompagné par des musiciens qui jouent au dessus de la scène pendant toute la durée du spectacle. L’enjeu n’est pas seulement familial, puisqu’ils mettent un point d’honneur à dévoiler les coulisses de leur travail. Après le spectacle, lors des rencontres avec le public, un écran diffuse des vidéos montrant les répétitions de la Compagnie, ce qui est très agréable !

 

Visuels : ©Olivier Brajon

 

« Change Me » : une pièce puissante mais paradoxale.
Interview classique de la semaine – David Kadouch : « Déjà en CM1 quand on me demandait ce que je voulais faire plus grand, je disais « pianiste ».
Chloé Coppalle

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *