Musique

« Mesh », l’invitation au voyage multisensoriel de Max Cooper à la Gaité Lyrique

« Mesh », l’invitation au voyage multisensoriel de Max Cooper à la Gaité Lyrique

09 novembre 2017 | PAR Victoire Chabert

Dans le cadre de la Biennale Nemo, Max Cooper, l’un des artistes les plus en vue de la scène électro, présente son nouveau live « Mesh » dans un show 360° sur les écrans de La Gaîté Lyrique.

Cette édition de la Biennale Nemo est entièrement dédiée au décloisonnement artistique et à l’hybridation des disciplines, nous ne sommes donc pas étonnés d’y retrouver programmé une soirée avec Max Cooper. Depuis plusieurs années, ce généticien né à Belfast en 1980 et diplômé en bio-informatique, est devenu à temps plein un acteur hors-norme de la scène électro. Il a trouvé en la musique un terrain d’expression à la hauteur de sa créativité. À la fois Electronica et Deep-Techno, son style unique fait l’unanimité et lui a permis en quelques années, de connaitre une progression fulgurante.

Lors de son live « Mesh », Max Cooper, passe avec adresse d’une techno ambiante et sereine à des rythmes plus durs. C’est impressionnant de l’entendre en permanence, jongler entre une techno sophistiquée et une électronica plus froide, plus perturbée. Il nous délivre des morceaux qui fleurtent parfois même avec le néo-classique et le post-rock. Que ce soit un remix ou une production, l’éclectisme est audible dans ses compositions exigeantes qui font assurément frétiller toute la salle. Parcourant librement le temps et l’espace, la performance de Max Cooper nous transporte et nous offre un surprenant voyage auditif et visuel. Projetées sur les écrans de la Gaité Lyrique, on se délecte d’images géométriques, cellulaires, schématiques et colorées. Ses images qui  vidéos sont créées par l’exploitation de données scientifiques qui nécessitent des connaissances assez pointues en physique ou en mathématiques.

23482925_10155706602077667_193592677_o

Ce live à 360° rend bien compte du fait que Max Cooper construit une musique moléculaire. La progression de son show est organique, au sens propre comme au figuré. Max Cooper effectue des allers et retours entre atmosphère cinématique et dancefloor assumé, ce qui lui permet d’avoir une certaine connexion avec son public. L’artiste mélange avec brio son background scientifique et son incroyable talent de musicien pour créer un univers musical unique, hypnotique et envoutant.

« Mesh » nous a transporté dans un trip multisensoriel, faisant rimer dancefloor et visualisation de données. Max Cooper nous a épaté avec une performance aussi immersive que monumentale. Son live est considéré comme l’un des meilleurs du moment, sa créativité n’ayant de limite que son imagination.

Visuels : Victoire Chabert et Servane Burel

« Souvenirs dormants » de Patrick Modiano, spectre de l’oubli
« Photographisme », la nouvelle exposition du Centre Pompidou, Paris
Victoire Chabert

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *