Musique
Une playlist jouée à l’envers

Une playlist jouée à l’envers

22 novembre 2020 | PAR Antoine Couder

Cette semaine :  Sabrina Bellaouel, Sango, Common Saints, Tentative et Dry cleaning.

Scratchcard Lanyard— Dry cleaning

Il faut s’y habituer. Avec le confinement, on voit de plus en plus les corps de près en vidéo. L’idée sans doute est de pouvoir littéralement toucher des yeux la matière émotionnelle lorsque celle-ci surgit, s’incruste dans les regards comme ici, dans ce genre de performance britannique que l’on appelle dorénavant du « post-rock ». Pourquoi pas ?

Arab liquor— Sabrina Bellaouel

Exploration de l’intimité et des désirs, explique le dossier de presse. Décidément, on n’en sort pas de cette proximité transhumaniste dont l’humain pense pouvoir tirer partie sans rien payer en retour.  On peut imaginer bien sûr que les objets ne sont pas vivants, sauf que l’interaction qui se met en place l’est de plus en plus, vivante. Rira bien qui rira le dernier.

Pile pâle- Tentative

Restons objectif : ce méli-mélo dark et joyeux à la manière d’une Mylène Farmer transformée en princesse punk-rock tient essentiellement dans la façon de prononcer le mot : « dégueulasse ». Jean-Luc Godard est bien loin, suffisamment pour avoir oublié Jean Seberg et le noir et blanc qui va avec. Mais qu’importe le flacon, pourvu qu’il y ait l’ivresse.

Idol eyes— Common Saints

Là voici la belle chanson de la semaine, perdue quelque part dans le graphisme ténébreux des années 70, des BD de sciences-fictions et de chairs irradiées. Dans cette guitare, furtivement funky, rapatriée là où elle est née, sur une scène rock et planante des la fin des années 1960, lorsque le Pink Floyd rencontrait Jimi Hendrix.

Kalimba funk— Sango

La blague ultime pour finir : cette façon de congédier le titre le plus branché en fin de playlist, sans doute pour donner envie de continuer, de rester avec nous, avec ce Kalimba bon marché assurant l’évidence de structure et du groove. On ne touche plus, on est touché, emporté par le vent sec et brûlant des pays rêvés.

 

Visuel :

Scratchcard Lanyard— Dry cleaning

 

Festival Format Court, Focus sur la sélection cannoise
Format Court jour 4, les coups de coeur de la rédaction
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », sélectionnée pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique, entendue au sens de l’écoute et de l’inspiration qu’elle procure. Il prépare actuellement une biographie de Jacques Higelin (Castor Astral, 2020)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *