Musique
Une playlist et une gueule de bois

Une playlist et une gueule de bois

18 octobre 2020 | PAR Antoine Couder

Cette semaine Gracy Hopkins, Charlotte Fever, Franky Bobo, Desmond Myers et Cyril Cyril.

Perfect — Gracy Hopkins

Dans le brouillard comme tout le monde, à chercher un chemin, passer d’un jeu social à un autre, trouver une connexion favorable et devenir quelqu’un. Je cherche, je m’envole, j’imagine moi aussi que je suis parfait en tout point. Je me bats pour que l’illusion perdure.


Fast and too much — Franky Gogo

On va gratter encore un peu du risque qui donne à voir un peu plus de nous-mêmes. Tout en rythme, le talon qui effleure le verre cassé, la cigarette tout près du bouchon d’essence. Ma gueule de bois ne change rien à l’affaire, Franky est revenu d’Hollywood c’est bien pour ça que j’attendais.


Les gens — Cyril Cyril

Je veux juste de bons souvenirs, des gens qui chantent comme les Little Rabbits dans les années 90, mais avec un peu plus de minimalisme rock. Avant ce n’était pas possible, mais aujourd’hui grâce au n’importe quoi et à la gueule de bois, ça l’est, possible. Ajoutez quelques chœurs et taguez un peu de Liminanas dessus, ils seront plus nombreux à en profiter, les gens.


La Carioca — Charlotte Fever

La chance, le bruit du ressac de la mer m’apaise, mais avec la Carioca, je pense que ça va être bon, pour satisfaire notre goût de la transformation subtile. Pas vraiment une nouvelle danse, mais un mélange, samba, rumba, foxtrot et, claquettes sous le subconscient mélodique d’une Sabine Paturel (que des bêtises). J’ai eu beau cherché je n’ai trouvé que ça pour soigner ma gueule de bois.


Chinatown — Desmond Myers

Voilà, peut-être qu’à la fin on oublie un peu tout du cauchemar de la nuit en se disant que tout va forcément redevenir normal, joli et bien troussé comme avec Desmond. Si on ferme les yeux, on peut s’accrocher à la tonalité de cette voix qui promet que tout ira bien, oui oui, tout ira bien. Comme on aimerait, en effet, que s’achève ainsi, dans les embrassades.

Julien Duval et Philippe Dorin tendres face à la (fin de) vie au Théâtre Paris Villette
« No Man’s Land » sur Arte : une quête intime sous les bombes de l’enfer syrien
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », sélectionnée pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique, entendue au sens de l’écoute et de l’inspiration qu’elle procure. Il prépare actuellement une biographie de Jacques Higelin (Castor Astral, 2020)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *