Musique
Stephen Dawaele raconte Soulwax

Stephen Dawaele raconte Soulwax

08 août 2011 | PAR Tristan Karache-Prudent

L’un des deux frères du duo 2 Many, Stephen a bien voulu répondre à quelques questions sur la reprise de leur radio/web Soulwax (voir notre article sur le sujet ici).

Comment se fait il que vous ayez eu envie de faire revivre la radio Soulwax ?

Tout simplement parce qu’on pouvait le faire. C’est une question qu’on nous pose souvent et on n’a pas vraiment de réponse évidente. On ne sait pas vraiment pourquoi on le fait mais beaucoup de gens nous demandaient de faire un nouvel album mais ce serait trop réducteur.

Est-ce faire un hommage pour vous que de reprendre des morceaux ?

C’est aussi une chose qu’on aime faire, on trouvait ça cool. C’est un hommage dans certains cas mais on prend surtout des intros qui nous plaisent musicalement mais qui aussi sont faciles à assembler dans le mix.

Pourquoi avoir intitulé ce recueil de mix « Introversy » ?

C’est juste parce que c’est des intros de morceaux…

Quel est le processus pour confectionner un morceau ?

Pour faire une heure, ça dépend. On met en principe entre un et deux mois. En fait, on a une playlist, pour « Chicago » par exemple, on avait préselectionner 3000 chansons et au final on en a utilisé presque 500. On choisit au feeling comme pour le premier album de 2 Many DJ’s. On ne prends pas au hasard les extraits, on choisit en fonction du rythme et de pleins d’autres facteurs mais on souhaite aussi présenter de nouveaux sons aux gens. Pour le clip, on fait un storyboard avec David sur les pochettes et c’est une tierce personne qui réalise l’animation.

Après cet été et la publication des 24 heures, vous comptez continuer à alimenter la radio/web ?

Pour le moment on sort toute les semaines une heure et ça devrait se finir aux alentours de mi-octobre. Au début de la semaine on avait 35 millions de visiteurs sur le site et 160 000 téléchargements de l’application iPhone. Le seul souci c’est qu’il a fallu deux ans et demi pour faire « Introversy » et que les fonds utilisés pour produire ces mixs sont personnels. De plus, on est pas calé au niveau informatique et au vu du nombre de personnes qui découvrent Soulwax radio, les serveurs tiennent pas la route. On est déjà en train de créer avec des amis une nouvelle librairie personnelle en digitalisant des vinyles.

Est-ce que avec votre frère vous arrivez à concilier vie privée et vie professionnelle ?

On a pas de vie privée. On a pas d’enfant parce qu’on a pas le temps. C’est une passion, on est ambitieux. C’est notre choix. D’un autre côté, la musique est notre premier amour. Dés le lendemain du lancement de la radio Soulwax, on était heureux de commencer quelque chose de nouveau musicalement parlant. On prévoit d’ailleurs de faire un nouvel album.

 

L’entrée dans l’infini de Roman Opalka
Le Théâtre des Champs Elysées est fermé pour travaux !
Tristan Karache-Prudent

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *