Musique

Reggae : concert de Ijahman au New Morning le 9 octobre

07 octobre 2010 | PAR Jerome Gros

Samedi 9 octobre, le New Morning accueille un des plus grands noms du reggae roots jamaïcain en la personne de Ijahman Levi pour un concert incontournable.

Ijahman, de son vrai nom Trevor Sutherland, grandit à Trenchtown, où il naît en 1946. Il rencontre alors Bob Marley dans les rues de Kingstown, et le côtoie quelque peu. Il sort son premier single en 1962, signé par Duke Reid, fondateur des labels Treasure Isle et Trojan. Sa carrière prend un tournant décisif quand il est arrêté, au début des années 70. C’est alors à l’ombre que son esprit s’illumine et qu’il devient fidèle à la religion rastafarienne. Quelques années après sa sortie, il écrit l’un de ses meilleurs albums, Haile I Hymn.

Depuis, les thèmes qu’il aborde traitent souvent de Dieu et véhiculent les valeurs du rastafarisme. Il devient un réel ambassadeur de la religion à laquelle il est entièrement dévoué. Ses prières ou chansons sont inspirées de ses rêves à travers lesquels Jah (Dieu) lui envoie des messages. Au cours des années 70, 80 et 90, il multiplie ses productions et s’impose comme l’un des plus grands artistes dans le monde du reggae.

Sa force lui vient non seulement de sa foi, qui l’empêche de tomber, mais aussi de la portée de ses textes (nombreux sont ceux qui évoquent les problèmes en Afrique, la jeunesse…) et de la qualité de ses mélodies. Il faut dire qu’Ijahman a su bien s’entourer, puisqu’il collabore, entre autres, avec Rico Rodriguez, considéré comme le meilleur tromboniste dans le monde du reggae, sur l’album Man From Wareika.

Toujours fidèle à ses aspirations roots qu’il tient notamment d’un Alton Ellis, Ijahman continue d’écrire. Son dernier album (d’une  liste dépassant largement la vingtaine), Versatile Life, est sorti en 2006. C’est désormais sa propre maison de production, Tree Roots Records International, et son propre label, Jahmani, qui se chargent de ses créations (il a travaillé avec Chris Blackwell, producteur de Bob Marley, le créateur d’Island Records, dans les années 70, avant de décider de se charger lui-même de la production, dans les années 80). Aujourd’hui des titres comme « Tell It to the Children », « Warmongers » ou encore « I Do » (duo avec Madge) sont mondialement connus.

C’est donc un très grand artiste que le New Morning accueille ce samedi à partir de 19h30. Si les connaisseurs ont sûrement déjà leur place, les amateurs de reggae qui ne connaissent pas doivent impérativement découvrir cette voix mélodieuse. Les curieux pourront découvrir un talent trop peu reconnu en dehors du monde du reggae, une alternative à Bob Marley (à qui Ijahman rend hommage dans son Ijahaman Sings Bob Marley, en 1995).

La première partie sera assurée par deux groupes américains aux tendances rock, The Jips, et The Moon Band, ainsi que le reggae du Français Dan Bawakaz.

New Morning, Paris Xe
M° Château d’Eau.
19h30, 24€

Melquiot et Demarcy-Mota retournent aux origines de Bouli
Vichy, l’histoire continue
Jerome Gros

3 thoughts on “Reggae : concert de Ijahman au New Morning le 9 octobre”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *