Rap / Hip-Hop

Le Secteur Ä fête les 20 ans de leur concert mythique

Le Secteur Ä fête les 20 ans de leur concert mythique

24 mai 2018 | PAR Mathieu Michel

Mardi soir, le collectif de rap français jouait un revival de leur concert d’il y a 20 ans où ils avaient « tout déchiré le 22 mai à l’Olympia » comme le rappaient les Neg’Marron dans Le Bilan. Retour sur cette soirée hip-hop à l’ancienne.

Le groupe mythique du Secteur Ä faisait son grand retour mardi soir à l’AccorHotels Arena, lors d’une soirée-événement. Après la tournée mitigée de L’âge d’or du rap français, qui réunissait déjà une bonne partie du groupe, c’est cette fois au grand complet qu’il entreprend cette tournée. Le collectif des années 95 donnait au public un show placé sous le signe des commémorations. En effet, le collectif fêtait les 20 ans d’une date exceptionnelle à l’Olympia. Mais c’est surtout pour célébrer les 150 ans de l’abolition de l’esclavage (170 depuis) que cette date avait été soigneusement choisie en 1998. Au passage, ils en profitent d’une part pour rappeler que l’esclavage sévit toujours et d’autre part pour rendre hommage aux peuples opprimés, en affichant un drapeau de la Palestine.

Avec son compère Passi, c’est Doc Gyneco qui ouvre le bal. Première (agréable) surprise, le rappeur de Porte de la Chapelle semble plutôt en forme et se permet d’entrecouper ses couplets en tirant sur son pétard. Il troquera cette forme pour un état plus lunaire, plus tard dans la soirée, mais amusera le public tant il semble ravi d’être sur scène. Heureusement, il est toujours bien backé par ses acolytes et ses couplets sont assurés. Un écran géant projette un diaporama de photos souvenirs ou de paysage. Ainsi, c’est un voyage en Guadeloupe qui nous est offert quand MC Janik vient l’épauler pour jouer Né ici sur fond de plages antillaises. Puis Arsenik vient contraster cette ambiance reggae en scandant P.O.I.S.O.N, depuis un canapé installé sur scène, en référence à leurs pochettes d’album. Calbo et Lino montrent qu’ils ne sont pas venus pour faire dans la dentelle et placent la barre très haute en rappant Boxe avec les mots.

secteura-fifou

Mais c’est bien le duo Neg’Marrons qui se charge d’enflammer un public parisien qui ne demandait que ça. Entre Tout le monde debout, La monnaie, et Le Bilan, Jacky et Ben-J ont sacrément mis l’ambiance et ont fait honneur à leur réputation de showmen ! Le Ministère A.M.E.R apporte la touche thug de la soirée, grâce notamment à Sacrifice de poulet. Notons que Passi se permet tout de même de rapper son (très bon) couplet de Face à la mer. Stomy Bugsy s’offre le kiff de faire monter son fils pour interpréter son hit Mon papa à moi est un gangster. Pit Baccardi, lui, a ému Bercy en interprétant Si loin de toi, en hommage à sa défunte mère. L’émotion est palpable quand ce grand gaillard tente de dissimuler ses larmes derrières ses lunettes noires. Il ramène ses deux frères (dont Dosseh) pour partager ce moment de recueillement.

Il pleuvait des classiques hier soir et le Secteur Ä a pu rappeler à tous de quelle empreinte il a marqué le rap français : Vanessa, Sexe, pouvoir & biftons, Plus vite que les balles, et tant d’autres… Le public reprend chaque morceau à l’unisson et même ceux en gradins passent le concert debout, donnant de la voix. Le seul regret que nous pouvons nourrir concerne l’absence de morceau récent malgré le très bon album Requiem de Lino qui aurait sûrement mérité un extrait. A défaut d’un nouveau morceau, un freestyle à l’ancienne aurait été la cerise sur le gâteau. Le groupe quitte son public sur Affaire de famille, non sans l’incontournable Bisso Na Bisso. Seul le Doc restera un peu plus longtemps sur scène, semblant avoir oublié de se retirer.

Un concert hommage, probablement moins mythique qu’en 1998, mais qui a tout de même ravi cette foule de nostalgiques.

Visuel : Secteur Ä © FIFOU

Le CDN Nancy Lorraine victime d’un incendie
La savoureuse adaptation par Thomas Le Douarec de L’idiot de Dostoïevski au Théâtre 14
Mathieu Michel

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *