Musique

Nusky à la Gaité Lyrique

Nusky à la Gaité Lyrique

06 octobre 2019 | PAR Luca Juilliard

Le 03 octobre dernier, la Gaitée Lyrique accueillait le concert de Raphael Brossa aka Nusky. Connu pour sa musique, mais aussi pour ses talents d’acteur, le jeune montrougien défendait sur scène son premier album solo : Nusky.

Ses premiers pas

C’est au sein du groupe La Race Canine que Nusky fait ses premières armes dans la musique. Parallèlement à une carrière de comédien (Big City, Nos Cher Voisins), il enregistre et publie avec son groupe une série de freestyles. Le succès est relatif, mais cette expérience lui donne confiance et lui permet de rencontrer d’autres musiciens. Parmi eux le jeune producteur Vaati avec qui il formera rapidement un deuxième projet Nusky & Vaati. L’alchimie entre son flow déroutant et ses productions vintages de Vaati opère et les deux jeunes musiciens se font vite connaître.

L’épisode Nusky & Vaati

Le groupe produit un rap expérimental rafraîchissant et la sortie de leur premier EP Swuh est une réussite. Ils sont programmés dans plusieurs scènes tremplins tel que les Inrock Labs et le MaMa festival. C’est avec le second EP Bluh signé chez Universal Music, qu’ils assoient leur succès et entament une tournée nationale. Malgré une proposition musicale intéressante et des prestations live remarquées, le groupe reste cantonné à un public de niche. On notera une collaboration étonnante sur le titre Succès fou pour l’album de Christophe, preuve d’une ouverture musicale assumée.

 

Le succès et la carrière solo

Le réel tournant de sa carrière arrive lorsque Konbini l’invite sur leur série de freestyles Frenchmen. L’engouement est immédiat et le rappeur sort en solo le titre : Gabrielle solis, hommage au personnage d’Eva Longoria dans Desperate Housewife. Le style de rap est plus convenu, les productions moins intéressantes mais le succès est au rendez-vous.

En mars 2019, il sort son premier album Nusky accompagné du producteur à succès Double X. L’album rencontre facilement son publique et s’ensuit une importante tournée avec en point d’orgue une date parisienne à la Gaîté Lyrique.

 

Le concert 

A l’entrée du concert, une foule d’adolescents parsème le square Emile Chautemps. Leur style est prononcé, ils portent des jeans “pattes d’eph”, des bananes colorés, des chaussures à talons compensés. On sent une identité de groupe forte, différente du public de rap habituel.

La salle n’est pas entièrement remplie mais l’ambiance est électrique à l’arrivée du chanteur. Des cris aigus retentissent et, dès les premiers morceaux, se forme plusieurs pogos. Nusky, bien aidé par l’autotune (et peut-être un playback?) chante et illustre ses paroles par des gestes et des expression faciales étonnantes. La foule est en délire.

Après quelques morceaux, le rappeur prend le temps de s’adresser à son public. Il campe un personnage stone et enchaîne les “j’vous aime”. L’effet de ces quelques mots est direct. Les chansons et les pogos s’enchaînent jusqu’à la fin du concert. Au rappel, Nusky termine sur son fameux freestyle Konbini.

Dehors les spectateurs déchaînés sont redevenus de simples lycéens. Ils sont heureux et comblés de l’expérience qu’ils viennent de vivre. Plus que la musique, c’est l’identification du public envers l’artiste qui saute aux yeux.

 

Luca Juilliard

« Le grand dégenrement », une clôture festive pour le Festival Musica
L’invité (pas) classique de la semaine : Stéphane Roth, directeur du Festival Musica
Luca Juilliard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *