Pop / Rock

The Magic Gang : Les mecs cools du Pop Rock anglais

The Magic Gang : Les mecs cools du Pop Rock anglais

25 octobre 2018 | PAR Pierre Poughon

Malgré une salle pas forcément remplie à la hauteur de leur talent, The Magic Gang a déversé ses bonnes ondes au Point Éphémère.
magicgangcover

L’arrivée du quartet de Brighton dans l’univers de la musique s’est produite en 2015, avec leur premier EP, encore dispo sur Soundcloud, composé du magnifique Shallow et d’une première version d’Alright bien différente de l’actuelle.

Au fur et à mesure des différents EP et de clips esthétiques au possible (Felling Better, une tuerie), la popularité des quatre membres de Brighton n’a cessé d’augmenter, non sans déplaire le groupe de certains de ses aspects (« being a rockstar is bullsht »)

Arrive 2018 et la sortie de leur très (très (très)) attendu premier album. Éponyme, ce dernier reflète leur style de rock assez 60s, avec ce petite quelque chose, cette petite vibe qui donne chacun des sons un côté cool, un peu dandy, et toujours aussi plaisant à l’oreille. Sans trop prendre de risque, le Magic Gang réussi à magnifier leur style de la meilleure des manière. A noter que la chanson la plus différente de leur style basique, Take Care, reste la meilleure de l’album. De loin.

En live, un phénomène plus qu’étrange se produit. On sait pas qui prend le plus de plaisir à être là. Nous, simple public, eux, simple potes venus pour jouer leurs chansons. On sent une joie communicative incroyable. Un feel good qui grandit au fur et à mesure de leurs chansons pop rock (au sens premier du terme, on parle pas de RTL2 là, hein), les mecs nous balancent le meilleur cru de leurs ondes feel good.
Ils arrivent à mettre en place un son encore plus cool que dans leurs enregistrements. Et, sincèrement, un concert de 4h en boucle, je pense que personne n’aurait été contre. D’un côté comme de l’autre de la scène.
The Magic Gang <3, ou comment ne pas tomber amoureux d’eux

En première partie, on retrouvait les Bretons The Slow Sliders.

Ces quatres joyeux lurons nous font penser au Magic Gang (mais encore euuuux). On reconnaît là aussi une bande de potes venus pour la musique plutôt que pour l’adulation créditée par leur statut.
Avec leur rock indé plutôt planant articulé autour d’un synthé ou d’une guitare, le chanteur, de sa voix assurée, backé à la perfection par son bassiste, réussit à créer une ambiance badante au possible. Sa voix se marie a la perfection avec l’ensemble pour donner une première partie accueillie comme il se doit par le Point Éphémère.
Leur premier album, Glissade Tranquille, sortie cette année rappelle à quel point la scène française est si variée, quand on daigne s’y pencher.

Entretien avec Célimène Daudet pour le Haiti Piano Project
Retour sur « ASIA NOW », la foire montante consacrée à l’art asiatique à Paris
Pierre Poughon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *