Pop / Rock
Red Hot Chili Peppers, Stade de France, 09 Juillet : un show d’une densité exceptionnelle !

Red Hot Chili Peppers, Stade de France, 09 Juillet : un show d’une densité exceptionnelle !

11 juillet 2022 | PAR Jean-Christophe Mary
Samedi 09 juillet, les rock stars californiennes ont enflammé l’arène de Saint-Denis avec leurs immenses tubes et quelques titres issus de leur dernier « Unlimited Love ». Outre les légendaires riffs funk rock en béton armés et autres ruptures de rythmes à gogo, les 80000 spectateurs ont eu droit à une grosse surprise : l’apparition du guitariste, John Frusciante. Retour sur un show d’une densité exceptionnelle.
  
A 19h30 en première partie, Anderson Paak & The Free Nationals ouvrent les hostilités et délivrent un mix de R&B et funk rock massif porté par des mélodies de bonnes tenues.  Ravi, le public leur fait une ovation triomphale. Puis c’est l’entracte d’une bonne demi-heure pendant laquelle la foule commence à se presser autour de l’immense scène. De la pelouse aux tribunes basses, intermédiaires et hautes, ce soir le Stade est archi-comble. A 20h45h, la scène s’illumine et les musiciens font leur entrée sur scène sous les clameurs des quelques 80 000 personnes présentes qui ont droit à une grosse surprise : c’est bien John Frusciante, qui après avoir été à la guitare entre 1988 et 1992, puis de 1998 à 2009, vient de réintégrer son poste. Le concert débute par une longue improvisation instrumentale où les furieux accords de la stratocaster confirment le retour du brillant guitariste aux affaires.
Sur « Can’t Stop », les vrombissements de la basse ouvrent le bal et l’arène à ciel ouvert se transforme en un immense terrain de jeu où des milliers de corps bondissent à l’unisson. Durant l’heure cinquante de concert qui suit, une grande partie des spectateurs installés dans les gradins préfère rester debout. Les californiens attaquent ensuite « Dani California », extrait de leur neuvième album studio Stadium Arcadium, entonnent « Scar Tissue, Californication », présentent 4 titres du dernier « Unlimited Love » (Black Summer, Here Ever After, She’s a Lover, These Are the Ways) avant d’irradier le public d’un remarquable « Give It Away ». Vu des gradins, le light show est particulièrement bluffant : la lumière est truffée de couleurs psychédéliques vertes, jaunes, bleues et rouges qui glissent de l’écran suspendus au dessus de la scène et s’écoulent sur le public à l’avancée de scène, comme une piscine à débordement. Les musiciens n’auront besoin d’aucun artifice pour faire bouger le stade. D’ailleurs ce sont eux qui se déplacent de part et d’autres de la scène comme prêts à découdre avec un ennemi invisible. La scénographie est réglée elle aussi au millimètre : sur chaque titre Anthony Kiedis (chant) se déplace en virevoltant sur l’immense scène rectangulaire. John Frusciante (guitare ) et Flea (basse) jouent eux  face à face, partent ensemble dans de longues jam, en totale osmose. Conquis d’avance, le public reprend en chœur « Snow ((Hey Oh)) », écoute religieusement « I Like Dirt », « Hard to Concentrate » et « Tell Me Baby ».
Côté spectacle, des gerbes de lumières  jaillissent du centre de la scène tandis que les écrans latéraux incorporent des nappes multicolores qui glissent comme de la lave en fusion sur les musiciens en pleine action. Entre deux titres Flea plaisante avec le public. Des balades rock aux rythmes funk assassins, Chad Smith en grande forme physique derrière ses fûts et Flea qui saute dans les airs comme un cabris,  assènent une rythmique carrée et puissante. En live, les Red Hot Chili Peppers sont sincères, c’est un groupe qui ne triche pas. Voilà aussi pourquoi le public est aussi nombreux ce soir. En guise de rappel, les spectateurs ont droit à « I Could Have Lied » et au remarquable « By the Way » qui laisse tout le monde KO debout. A 22h30, les premiers spectateurs ressortent en sueur, à peine remis de leurs émotions et courent précipitamment s’engouffrer dans le métro ligne 13.

Titres joués :

Introduction

Can’t Stop

Dani California

Scar Tissue

These Are the Ways

I Like Dirt

Snow ((Hey Oh))

(Followed by a jam)

Here Ever After

Hard to Concentrate

Tell Me Baby

She’s a Lover

(Dedicated to Chad Smith)

Right on Time

(preceded by a tease of « … more )

The Heavy Wing

Black Summer

Californication

What Is Soul?

(Funkadelic cover)

Give It Away

 

Rappels :

I Could Have Lied

 By the Way

 

Musique : Liam Gallagher a fait son rocker à Beauregard
Festival du film de La Rochelle 2022 : Rencontre avec Cristian Mungiu autour de « R.M.N »
Jean-Christophe Mary

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture