Pop / Rock

Noir Désir réédite Tostaky pour fêter les vingt ans de sa sortie

Noir Désir réédite Tostaky pour fêter les vingt ans de sa sortie

04 décembre 2012 | PAR Bastien Stisi

Pour les vingt ans de Tostaky, les Noir Désir proposent au public une version anniversaire collector de l’album, incluant des faces B, des lives, et une bonne dose de nostalgie pour les très nombreux fans du groupe bordelais. Alors, soyons désinvoltes, et plongeons avec tendresse et fureur dans l’un des plus grands albums de rock français jamais proposé au public.

En 1992, Noir Désir et Bertrand Cantat écrivaient les plus belles heures du noise rock à la sauce française en réalisant Tostaky, album enragé et engagé aux riffs dévastateurs et aux lyrics décapants. Influencé par un long voyage initiatique en Amérique du Sud, Cantat donne un souffle  nouveau à un groupe alors confronté à de gros problèmes de cohésion, et produit quelques uns des morceaux les plus cultes de la discographie des Noir Désir, de « Tostaky » à « Lolita nie en bloc » en passant par « Johnny Colère » et par « Ici Paris ».

Classé en deuxième position des meilleurs albums de rock français par le magazine Rolling Stones, les Noir Désir fêtent donc les vingt ans de Tostaky en sortant, le 10 décembre 2012, une réédition  double CD, incluant l’album originel, des faces B de l’époque, des extraits de l’album live Dies Irae (1994), ainsi que 16 morceaux inédits (lives, sessions radio et pré-productions). En marge de cette édition collector, une version vinyle du quatrième album du groupe bordelais sera également mise en vente.

Pour Bertrand Cantat, l’ex leader des Noir Désir, c’est une nouvelle occasion de poursuivre son discret retour sur la scène musicale française, lui qui a déjà posé ces derniers mois avec Souleymane Diamanka, avec Amadou et Mariam ou encore avec Shaka Ponk, et qui avait vu le best-of des Noir Désir Soyons Désinvoltes n’ayons l’air de rien se vendre à plus de 120 000 exemplaires.

Visuel (c) : pochette de Tostaky de Noir Désir

Cosméto : les promesses anti-froid
Une toile d’Eugène Delacroix volée à Paris
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *