Pop / Rock

Metronomy Forever and Ever

Metronomy Forever and Ever

16 octobre 2019 | PAR Pierre Poughon

L’olympia proposait une double date aux accents électro-rock en accueillant les anglais de Metronomy. Retour sur une soirée absolument réussie.

Joseph Mount, leader multi-instrumentiste de Metronomy, est une merveille de créativité. On lui doit des sons alliant musique électronique sur des racines rock, sans jamais tomber dans les facilités du rock Indé. Apres 3 albums relativement peu connus marqués par une phase bien plus électronique que les suivant, le déclic est annoncé par The English Riviera, le 4e album de la bande, comportant des classiques instantanés comme The Look, The Bay, Corinne et tant d’autres. Assez rapidement, le groupe va exploser, propulsant les anglais sur la scène internationale. Leur formation changera au cours des années, les voici maintenant à 5, avec la sortie de Metronomy Forever. Leur 8e album (les précédents, dans la même lignée que The English Riviera, assoiront petit à petit la réputation du groupe comme étant l’un des grands de ce monde) change quelque peu. Tout en gardant cette même Vibe électronique, l’album perd en rock, se rapprochant d’un univers rétro-futuriste parfait. Une tuerie dans ce style assez calme et posé.

 

Pour présenter Metronomy Forever, on retrouve le quintet à l’Olympia pour deux dates exceptionnelles. Sold out depuis des semaines, c’est dire si la hype est présente. Absolument adorables, les voilà rentrer sur scène. Mount prend les reines, et s’exprime avec un français approximatif dès que possible. Les chansons s’enchaînent, les classiques comme les moins connues du grand public. Pourtant, un rien fait danser l’Olympia, et pas qu’un peu. Leur musique en live est un régal, donne le sourire jusqu’aux oreilles, du début à la fin. Qui plus est, le set est travaillé, avec des instrumentales entre certaines chansons, des interludes, voire même The Look quelque peu revisité. On voit bien qu’ils gèrent jusqu’à leurs tenues, toutes identiques, ce live à la perfection. Et ça rend vraiment, vraiment bien. Reste seulement à fermer les yeux, danser et profiter du spectacle.

Crédits Photos : Cover de Metronomy – Metronomy Forever

« Othello » : Arnaud Churin secoue les représentations
Ouverture anniversaire à Nancy
Pierre Poughon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *