Pop / Rock

Liam Gallagher met l’Olympia sous haute tension

Liam Gallagher met l’Olympia sous haute tension

06 mars 2018 | PAR Jean-Christophe Mary

Vendredi 02 mars, la rock star investissait la scène de l’Olympia pour un concert sold out depuis plusieurs semaines .

Alors que régulièrement la rumeur spécule sur une possible reformation d’Oasis, LiamGallagher présentait hier soir ci son nouvel opus solo sur la scène de l’Olympia. Après un deux albums sortis avec le groupe Beady Eye, l’ex-frontman Oasis est revenu aux fondamentaux de cette britop qui a fait sa renommée. Dès le départ au sein d’Oasis en 1992, Liam a su donner au rock cette dimension
insurrectionnelle : arrogance, bagarres musclées qui faisaient la « une » des tabloïds de l’époque, rivalité médiatique avec Blur. Un phénomène copier-coller sur le mode Stones /Beatles des 60’s. Aujourd’hui l’époque Oasis semble belle et bien révolue, Noel Gallagher n’ayant à ce jour toujours aucune intention de donner suite à l’histoire. Reste donc le projet. Et là il faut bien rendre hommage au talent de Liam Gallagher qui reprend là l’histoire où Oasis l’avait laissé. Comme on a pu le constater live hier soir sa passion pour le rock des 60’s et des 70’s reste vive. Il est 21h, à l’Olympia. Tandis que la sono diffuse « Fuckin’ in the Bushes » un titre d’Oasis, les lumières se tamisent et la salle est plongée dans le noir. Entouré de cinq musiciens, Liam Gallagher entre en scène. L’ex-Ooasis lève ses bras, s’approche du micro et entonne « Rock ‘n’ Roll Star » titre fort de la grande période d’Oasis. La salle est survoltée. La puissance du son est au maximum. Il enchaîne ensuite un autre hymne d’Oasis « Morning Glory ».

Il est temps de présenter les titres du dernier album « Greedy Soul », « Wall of Glass » où les guitares rugissent quand la voix traînante de Liam étire les mots comme des élastiques. Mains derrière le dos, barbe fournie et parka bleue, le chanteur au tempérament fougueux cultive sa dégaine de lad britannique. On adhère aux refrains énergiques, à ces mélodies empruntes de nostalgie de « Paper Crown », « Bold » « For What It’s Worth » dans la lignée de John Lennon. Puis c’est le retour à la période Oasis avec un « Some Might Say » et un « Slide Away » qui soulèvent la foule. Puis il revient au dernier album avec « Come Back to Me », « You Better Run » et « Universal Gleam » avant d’offrir deux nouveaux cadeaux au public « Be Here Now » et une sublime version acoustique de « Wonderwall ». Les lumières se rallument. Après quelques minutes, les musiciens reviennent pour le rappel.Et là les tubes s’enchaînent. D’abord un « Supersonic » qui fait lever l’Olympia comme un seul homme. Pour finir, Liam Gallagher nous offre « Cigarettes& Alcohol » suivi d’un « Live Forever » d’anthologie. À la sortie, alors que la sono diffuse le « My Way » version Sex Pistols, la foule encore sur un nuage, scande à plein poumon des «
Liam, Liam, Liam… » jusque sur le boulevard des Capucines.

Jean-Christophe Mary
Nouvel album « As You Were » (Wea)

Visuels : Pochette et ©Jean-Christophe Mary

Le Ballet de Lorraine dans un vol d’étourneaux
Semiramide au Metropolitan Opera de New-York, décevante tragédie
Jean-Christophe Mary

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *