Pop / Rock
La Soirée DeWolff, du Rock Made in Pays-Bas

La Soirée DeWolff, du Rock Made in Pays-Bas

19 février 2020 | PAR Pierre Poughon

Le Petit Bain était hier plein pour accueillir du rock 70s venant des Pays-Bas. Ces deux groupes étaient là pour étayer leur version particulière d’un style pas forcément commun, mais qui a le mérite d’impressionner, tant en studio qu’en live.

 

Du rock disco. Cet espèce de mélange entre genres si parallèles paraît si bizarre et pourtant. Se rapprochant parfois de la funk, avec des vibes de pop, on retrouve le son de DeWolff. Le trio néerlandais s’est essayé à plusieurs reprises à la création d’un son si particulier. Et cela a donné l’élaboration de 6 albums studios, deux opus live, de 2009 à 2019. Le nouveau-né, dixième du nom datant de quelques jours est quelque peu particulier. Les tracks sont directement enregistrés sur un enregistreur cassette de 4 pistes. Tout est pur, dur, presque rien n’est loopé par dessus, hormis quelques beats de temps à autres. Tascam Tapes, du nom de l’enregistreur, est absolument génial. Ce brin de folie qui souvent se retrouve dans les clips est incessant dans l’album. Quelques chansons tristes, beaucoup de groove et de refrains catchy. Un album vraiment bien maîtrisé, qui respire la fraîcheur. Sur un élan catchy de guitares se marient une voix charismatique, des backs très old school et pléthore de synthés. Chaque album est dans cette même vibe, un grand bol de rock funk et disco barré au possible.

Dewolff, tout comme leur première partie, The Dawn Brothers, font partie de cette mouvance du rock style années 70 extrêmement particulière. Leurs lives respectifs sont garnis, ponctués ou en tout cas orchestrés autour de solos, parfois à rallonge (surtout pour DeWolff). Pour un adepte du style, la soirée était phénoménale. Le trio Dewolff ou le quatuor Dawn Brothers (tous venant des Pays-Bas) sont absolument géniaux. Leurs solos, leur façon de jouer, tout est extrêmement bien ficelé. On retiendra quand même la performance un peu pâle de la première partie au vu du show organisé par le groupe du soir. Mais il n’empêche, l’on retrouve des chansons qui s’étendent du fait de différentes parties instrumentales. Pour autant, le concert était abouti, il était riche en contenu. Cependant, pour une personne qui s’attendait à ne voir que leur discographie fidèlement rendue dans leur concert, ça n’est pas vraiment le cas. Malgré tout, la soirée, sous le signe des Pays-Bas, ça reste à souligner, était réussie. Tous les ingrédients étaient réunis. Du rock style années 70~80, bien disco et funky, pour une soirée éclatante, si l’on aime ce genre quand même assez particulier.

Crédits Photo : Cover de DeWolff – Tascam Tapes

Festival OUI ! : Barcelone accueille le théâtre français
Agenda cinéma de la semaine du 19 février
Pierre Poughon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *