Pop / Rock

John Prine, 50 ans d’humour, de country et un nouvel album : The Tree of Forgiveness

John Prine, 50 ans d’humour, de country et un nouvel album : The Tree of Forgiveness

22 avril 2018 | PAR La Rédaction

En 2005, c’est une claque monumentale que le chanteur et songwriter américain John Prine nous portait avec l’album Fair&Square. Puis les années ont passé et l’artiste a du faire face à d’autres réalités plus sombres comme la vieillesse, un second cancer et surtout le poids d’une vie chargée en cigarettes, alcool et nuits dans les honky tonk.Mais il en faut plus pour stopper le génie créatif de ce monstre de la country folk américaine. A 71 ans, il sort un nouvel album intitulé « The Tree Of Forgiveness » sur le label qui l’accompagne depuis plus de 30 ans, Oh Boy Records. 

Par Clara Bismuth

Comme souvent, les idées viennent à Prine de façon naturelle, en écoutant les histoires des personnes qui l’entourent comme pour le titre Egg & Daughter Nite, Lincoln Nebraska, 1967. Cette composition n’est autre que le résultat d’une histoire racontée par un ami de l’artiste sur un évènement qui avait lieu chaque semaine et que l’on appelait le Egg and Daughter Night.
Tous les jeudis soir, celui-ci allait avec ses amis à la patinoire et ils retrouvaient les filles des fermiers qui faisaient le trajet pour vendre leurs oeufs. Un moyen de se fréquenter entre jeunes quand les pères étaient occupés à faire leur commerce.
Il n’en faut pas plus à Prine pour vous composer  une chanson mythique sur le temps qui passe, le mode de vie à « l’américana » et le tout , toujours avec ce trait d’humour et de sincérité qui lui est propre.
Certes la voix de prine a pris quelques rides, mais c’est  un grand album qu’il nous offre avec la compagnie de certains co-interprètes comme Jason Isbell et Amanda Shires.


Ce qui est d’autant plus surprenant, c’est l’aisance avec laquelle l’artiste vous entraine dans un discours légèrement mélancolique et spirituel , puis vous rassure avec une sorte de grande tape amicale dans le dos et un « That’s life ». Car comme le montre le premier titre de l’album Knockin’ on Your Screen Door,  il ne reste plus beaucoup de ces grands noms de la musique
country et qu’une nouvelle génération prend le relai.
Pas surprenant donc de voir que John Prine est un source d’inspiration pour des artistes contemporains
comme Kacey Musgraves, Jason Isbell ou encore Margo Price.
Une dizaine de titres tous plus surprenants les uns que les autres , vous donnera envie de réécouter les premiers albums John Prine 1971, Diamonds in the Rough 1972 et
Sweet Revenge 1973.

Un « Beggar’s opera » beau, british et enjoué au Théâtre des Bouffes du Nord
[Live report] Insomnium à la Laiterie
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *