Pop / Rock
Découvrez la scène indie Equatorienne !

Découvrez la scène indie Equatorienne !

10 février 2020 | PAR Luca Juilliard

Voilà… C’est l’hiver, il fait froid, on déprime et on ne voit plus le bout du boulot, des projets, des études… Heureusement, on a la musique ! Aujourd’hui, je vous propose d’écouter des chansons “solaires” en provenance de l’Equateur, pays merveilleux, qui vous réchaufferont le coeur et l’esprit. Laissez-vous emporter dans un voyage au coeur de la scène indie du bout du monde.

Da Pawn : les patrons du game

Commençons ce tour d’horizon par mon groupe préféré : Da Pawn. Cette joyeuse bande de jeunes nonchalants se compose de cinq “Quiténiens”. Ils nous proposent une pop/rock/folk/indie/électro qui se situe à mi-chemin entre Devendra Banhart, Mac DeMarco et Two Doors Cinema Club. Leur premier album Verano en coma, 2016 – éponyme du merveilleux single – est un bijou prouvant leur faculté à produire des mélodies simples, inattendues et diablement efficaces. Bien-sûr, comprendre l’espagnol est un plus. Mais les émotions que procure cette langue magnifique sont, tout autant que la musique, universelles n’est-ce pas ?

D’autres titres pour les découvrir en beauté (cliquez) : Ballenas de ruido, 3000 dias 

Les Petits Bâtards : Groupe star 

Une bonne vieille teenage band comme il en existe (presque) dans toutes les villes du monde. Certaines mettent nos oreilles à rude épreuve… mais ce n’est absolument pas le cas des Petits Bâtards. Leur morceau Senales est un vrai tube, du genre de ceux qui nous restent dans la tête et que l’on écoutera en boucle jusqu’à l’overdose. Derrière ces visages juvéniles se cache une véritable puissance d’écriture et leurs refrains vous feront regretter d’avoir séché les cours de langues.

D’autres morceaux (cliquez) : Perros, Ficcion 

Les nerds de La Maquina Cameleon

Encore un groupe qui vous fera chanter sous la douche ou dans le métro ; en tout cas c’est l’effet que me procure le morceau Motora à chaque fois que je l’écoute. Le style est typique des groupes dont je parle depuis le début de cet article : riffs accrocheurs, voix nonchalante qui vise juste et refrains entraînants. La Maquina Caméléon se distingue par l’usage efficace qu’elle fait de tous types de synthétiseurs ; ainsi que par la taille de son groupe – 6 musiciens – qui ajoute de la puissance et une complexité appréciable aux arrangements. Un vrai plaisir pour les oreilles !

D’autres morceaux (cliquez) : Shiva, Manual Del Perfecto Negociante

Lolabùm

Ces quatre jeunes ont inévitablement leur place dans cette revue indie de la scène équatorienne. Ils ont tout d’abord commencé par des sons très rock comme Crystal, pour dériver doucement vers des ballades plus calmes et des morceaux aux accents électroniques plutôt intéressants. Contrairement à certains des groupes énoncés précédemment, ils sortent toujours des disques et tournent un peu partout en Amérique du sud. Aurons-nous le plaisir de les voir un jour débarquer pour un tour d’Europe ?

D’autres morceaux (cliquez) : Erre Erre ErreSol 

 

Comme vous l’aurez compris, la scène équatorienne est bien réelle et un son typique s’en dégage. Les musiciens “indies” ont l’habitude de se côtoyer et il n’est pas rare de voir les mêmes têtes dans les clips de différents groupes. Tous gravitent autour du fameux Epicentro Art en Vivo, producteur de vidéos lives de qualité qui semble offrir une audience et des moyens à la jeunesse de Quito. Je vous laisse donc profiter de ces petites pépites qui participent à l’ensoleillement de mes journées d’hiver et vous souhaite d’en faire autant…

 

Luca Juilliard 

Visuel © Lolabùm 

Remerciements : Carla Laffont 

Gagnez 10 exemplaires de la revue PAGE des Libraires #200 dédiée à la rentrée d’hiver ! 
La Kora de Ballaké Sissoko
Luca Juilliard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *