Pop / Rock

[Chronique] Miles Kane, « Don’t Forget Who You are »

[Chronique] Miles Kane, « Don’t Forget Who You are »

22 juillet 2013 | PAR Jean-Christophe Mary

Miles-KaneThe Who, Kinks, Jam et autres Oasis font encore des émules et ce n’est pas pour nous déplaire. Ainsi Miles Kane, jeune homme doué pour les compositions de haut vol débarque avec un second album brit pop inventif. Après avoir œuvré au sein de multiples formations (The Little Flames, The Rascals, The Last Shadow Pupetts), le musicien originaire du comté de Liverpool a commencé très jeune sa carrière de musicien. C’est de cette riche expérience qu’il a tiré les titres de ce nouveau tout chaud « Don’t Forget Who You Are ».

On trouve dans ses chansons les reflets d’une vie où s’entrechoquent les rêves d’une Angleterre imaginaire et la réalité embrumée et pesante d’une jeunesse britannique en manque de repères. Pour se forger les siens, Miles Kane a trouvé refuge dans la culture britpop des 70’s et des 90’s. On a affaire à un excellent songwriter qui a su tremper sa plume dans l’encrier des maîtres du genre Paul Weller Lennon ou Noel Gallagher (dont les constructions harmoniques semblent parfois très proches !). Miles Kane  a cette faculté de vous faire adhérer à des titres aux constructions et aux ambiances aussi différentes qu’opposées. Cette capacité à faire couler les mots sur la musique, à faire cohabiter des rythmiques rock dur  à des cordes, des guitares acoustiques à des refrains accrocheurs. Lui possède ce sens inné de la mélodie, ces petites notes qui s’ajustent les unes aux autres et qui vous trottent dans la tête des nuits entières. Le manque est si fort que pour s’en délivrer, il faut mettre et remettre le CD en boucle.

Amateurs de mélodies  brit pop, cet album plein d’énergie de style et de personnalité est pour vous.

Tracklist:

1. Taking Over

2. Don’t Forget Who You Are

3. Better Than That

4. Out of Control

5. Bombshells

6. Tonight

7. What Condition Am I In

8. Fire in my Heart

9. You’re Gonna Get It

10. Give Up

11. Darkness of our Hearts

Visuel : (c) pochette de Don’t Forget Who You Are

[Avignon] Lear is in town, la folie de Ludovic Lagarde s’empare de la carrière Boulbon
Philippe Droguet, un artiste à fleur de peau
Jean-Christophe Mary

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *