Pop / Rock

Chris Rea : Shamrock Diaries, On the Beach, Dancing with Strangers, Auberge, The Road To Hell…. les Rea-Issue enfin disponibles !

Chris Rea : Shamrock Diaries, On the Beach, Dancing with Strangers, Auberge, The Road To Hell…. les Rea-Issue enfin disponibles !

15 octobre 2019 | PAR Jean-Christophe Mary

 

Voix grave et épaisse, guitare laid-back et une très grande maîtrise du bottleneck Chris Rea a occupé une place de choix dans l’univers du rock des 80’s. Le label warner réédite cinq des albums les plus populaires du chanteur britannique parus entre le milieu des 80’s et le début des 90’s.

Peu connu du grand public en France, le chanteur guitariste a bâti une carrière étalée sur quatre décennie avec plus de 30 millions d’albums écoulés à travers le monde. Sa voix basse, ce son de guitare proche de celui de JJ Cale et Dire Straits en font l’un des artistes les plus populaires et les plus endurants de la scène pop rock britannique. Après six albums paru entre la fin des 70’s dans milieu des 80 ‘s, le chanteur britannique a pu enfin trouver le succès à coup de titres pop rock imparables comme le prouve ces rééditions. « Shamrock Diaries » (1985) est alterne entre ballades douces « Chisel Hill, One Golden Rule » et titres midtempo « All Summer Long » où le saxophone domine comme sur ce  très Springsteenien « Stainsby Girls ». Cet album est aussi un hommage à ses proches qui l’ont toujours soutenu et encouragé dans ses plus sombres années de galères, avec en particulier « Stainsby Girls » dédié à sa femme, Joan ou ce « Joséphine » composé pour sa fille aînée. Comme l’indique et le titre phare de son huitième album, « On the Beach » (1986) c’est effectivement l’album idéal à écouter au bord de la plage. Sonorités cristallines, balades mid tempo méditatives « Giverny » en référence à la campagne française, titres ensoleillés, chaloupés aux rythmiques afro caribéennes « Lucky Day », ici bon nombre de chansons traitent d’amours et d’amitiés « Little Blonde Plaits », « Hello Friend » et « It’s All Gone ». A noter sur le disque bonus « Bless Them All », un instrumental fluide et fluide. Sorti l’année suivante, « Dancing with Strangers » est l’album fondateur du son de Chris Rea, l’album important dans la phase ascensionnelle vers le succès planétaire. Un album bien calibré qui combine pop, rock et blues avec des titres forts tels « I can’t do that » au riff puissant qui rappelle ZZ Top, des rytmiques rock du passé telles « Gonna buy a hat » « Let’s dance », « That Girl Of Mine » ou des ballades midtempo telles « Que Sera », « Danielle’s Breakfast » et cette sublime « Curse of the traveller ». L’album The Road To Hell (1989) scellera la légende. Si le titre éponyme qui ouvre l’album Inspiré par les embouteillages sur les autoroutes, « The Road To Hell » est plus largement un concept-album sur les problèmes de la société moderne qui aborde la technologie envahissante, de l’effondrement économique et de la violence. La voix est plus épaisse, plus grave , les textes beaucoup sombres. Le son, les arrangements sont si proche du son Dire Straits que « The Road To Hell » (part2) l’auditeur pourrait s’y méprendre. On notera l’excellent « Looking For a Rainbow », un hymne en hommage aux défavorisés à la recherche d’une vie meilleure. Le disque s’achève sur une note d’espoir avec le symphonique et magnifique « Tell Me There A Heaven ».  Chaque ré-édition propose l’album original remastérisé augmenté de performances live, de face-B et de versions inédites de titres de chaque album. Les livrets signés du journaliste Peter Dogett incluent des interviews de Chris Rea qui revient sur la genèse de ces albums.

Visuel : ©Magnet records/Warner

 

Studio 189 fait danser le front row new-yorkais
Samy Thiébault : « L’Orchestre Symphonique de Bretagne était dès le début pour moi un partenaire idéal. C’est un orchestre qui a l’habitude des métissages »
Jean-Christophe Mary

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *