Musique

La playlist de bonne famille

La playlist de bonne famille

29 avril 2018 | PAR Antoine Couder

Cette semaine, le très frais Tamino, les chouettes Sisters, les très intrigants Amants et MNNQNS ainsi que l’impériale Impératrice. 

Indigo Night — Tamino

Petite ambiance à la Léonard Cohen pour introduire cette nuit indigo portée par le jeune prodige egypto-belge qui mérite d’être un peu plus écouté en France, tant pour la mélodie que la profondeur des timbres dont on sent la complexité des racines. Musique classique, arabe et africaine, jazz et puis cette voix…

Flèche Love — Sisters

On reste dans une certaine langueur mais dans une tonalité un peu plus soutenue. Ces sisters accompagnent la chanteuse Amina, hélvético-suisse, rappeuse déterminée à faire valoir son style qui n’entre pas forcément dans un genre particulier et que l’on a déjà pu entendre avec Rone et, surtout, Avener, pour son «castle in the snow». Mais voilà, aujourd’hui, il y a aussi Flèche Love…

Bored in this town- MNNQNS

Le nom, imprononçable, finit par faire sourire. (en fait, ce serait «Mannequin»… clin d’œil à the Wire??). La musique, en revanche, est limpide, directement inspiré du revival punk rock du début des années 2000 et du séjour gallois du principal intéressé, le Rouennais Adrian aujourd’hui signé sur le label anglais Fatcar. Il n’en faut pas plus à nos chroniqueurs gaulois pour bombarder MNNQNS meilleur groupe français du moment. Olala…

 Double cœur —Les amants

Ça pétille toujours très rock par ici mais peut-être avec une préférence garage, influencée, semble-t-il, par Alan Vega et son groupe Suicide. Pas trop envie de s’en tenir à l’hommage, le morceau attrape son visa pour la contemporéïté, dans un mix de Marquis de Sade et de Bagarre, à la fois martial et plein de liberté. Hautement recommandé.

Paris —L’impératrice

Cette fois c’est le petit gimmick du refrain qui entre dans la tête pour ne plus en sortir… Comme une fille qu’on embrasse mais qu’on ne voit jamais de face. Tout le déhanchement de l’impératrice en quelques mots… Et toujours ce sexe souterrain et vénéneux. Avec en prime ici, une mini apparition surprise de Marina Foïs, extrait du film «Le bal des actrices» de Maïwen?? Où alors c’est un pastiche… Une vidéo signée Clémence Demesme.

Concert hommage à Abdel Halim Hafez: sur les traces du rossignol égyptien
« Patria » : Deux familles basques dans la tourmente, par Fernando Aramburu
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », une autofiction portée par l’histoire de la musique enregistrée qui a été sélectionnée pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique, entendue au sens de l’écoute et de l’inspiration qu’elle procure. Il écrit actuellement une fiction anthropologique se déroulant entre l’Allemagne, la Suisse et la France.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *