Musique
Patrick Bruel « Ce soir on sort » : un album délicat entre titres pop tourbillonnants et ballades au trop plein de mélancolie

Patrick Bruel « Ce soir on sort » : un album délicat entre titres pop tourbillonnants et ballades au trop plein de mélancolie

14 décembre 2018 | PAR Jean-Christophe Mary

En trente ans de carrière, le chanteur a tissé une œuvre solide et mature. Dans « Ce soir on sort » (Columbia/Sony), il se met à nu , fait référence à la brouille qui l’a longtemps opposé à son père, évoque la crise des migrants ou évoque à demi-mot les attentats de 2015.

Les fans sont ravis d’apprendre que Bruel ait troqué ses cartes de poker et ses activités cinématographiques pour reprendre le chemin des studios. Épaulé par les mots de Vianney, Pierre Lapointe, Mickaël Furnon et la plume sensible de Marie Florence Gros, ces mots directs, universels parlent à tous. Au fil du temps et des albums, on le sent de plus en plus absorbé par la magie, la beauté, l’émotion que procure l’écoute d’une chanson. Refrains accrocheurs, mots qui font mouche, Bruel possède l’art et la manière de raconter les maux du monde, nos petits bobos à l’aide de mots justes plein de lucidité et d’humanité. De bout en bout,  les chansons déclinent l’amour de l’autre sous toutes ces formes, à travers des textes qui traitent de l’intime avec tant de justesse. En ouverture, on apprécie particulièrement « Tout recommencer » écrit à quatre mains avec Mickael Furnon (Mickey 3D ) avec cette rythmique obsédantes, ces gimmicks de guitares qui tournent en boucle. Portés par des mélodies imparables et des arrangements vocaux harmonieux, les mots insinuent parfois une certaine gravité dans le propos tel ce« Rue Mouffetard » signé Vianney.  Comment rester insensible à ces titres forts tels ce « Arrête de sourire » aux mots crus, comment ne pas ressentir un pincement au cœur sur le poignant « Ce soir on sort » en hommage aux attentats du 13 novembre. On les ressent nous aussi ces coups douloureux, ces petites plaies intérieures qu’il porte aux nues sur « J’ai croisé ton fils ». Bruel sait entre deux titres pop frais et enlevés nous arracher quelques larmes. Il croque nos ressentis avec précision, dépeint ce que nous possédons de plus intime au fond de nous. C’est là toute sa force. Des chansons réalistes et touchantes comme chez les Aznavour, Reggiani, qui vous font sourire ou rêver mais qui vous laisse aussi ce petit goût d’amer dans la gorge. On relève deux titres particulièrement efficaces « On se plaît » et le tubesque « Stand Up » signé Vianney, qui devraient enflammer ses futurs concerts. Avec sa bouille de gentil voyou et son timbre de voix baryton ténorisant et mélancolique Bruel signe là un très bel album. Voix de velours et belle présence scénique, le charme devrait agir une fois de plus lors de ses prochains concerts parisiens en Février et Décembre 2019.

20 au 22 FEVRIER

Dôme de Paris-Palais des Sports. 1 place de la porte de Versailles, 15e.

06 DECEMBRE

Paris La Défense Arena. Les Jardins de l’Arche, Nanterre (92).

 

Jean-Christophe Mary

 

Titres

1-Tout recommencer

2-Rue Mouffetard

3-Qu’est-ce qu’on fait

4-Arrête de sourire

5-J’ai croisé ton fils

6-On se plaît

7-Stand Up

8-Louise

9-Héros

10-Ce soir on sort…

11-Pas eu le temps

12-L’amour est un fantôme

13-Mon repère

14-Je suis fait pour elle

15-On partira

 

« Joséphine la cantatrice » revisitée depuis la valise de Kafka
Barkouf ou un chien au pouvoir d’Offenbach brillamment ressuscité à Strasbourg
Jean-Christophe Mary

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *