Musique

Nosfell à la Maison de la Poésie: danser en langue imaginaire

Nosfell à la Maison de la Poésie: danser en langue imaginaire

11 novembre 2019 | PAR Lise Lefebvre

Dans le cadre du festival Paris en toutes lettres, Nosfell a entraîné le public dans le sillage de son inventivité corporelle et vocale. 

On n’entre pas tout de suite dans l’univers dans l’univers de Nosfell. La langue imaginaire qu’ il lit et chante tout au long du spectacle, déroute. Assis à un pupitre, les yeux plissés, il semble déchiffrer, découvrir ces syllabes inédites que le public apprend lui aussi à connaître. Et puis, avec le rythme marqué par les-formidables-musiciens en arrière-plan, la voix de Nosfell psalmodie et module, jusqu’à des aigus audacieux, cette parole mystérieuse. Le texte posé sur le pupitre semble résonner comme une épopée ancienne, un poème oriental. Au fil des psalmodies, une narration semble en effet se tisser, et chaque spectateur est invité à y greffer son propre imaginaire. Par sa maîtrise de la danse et du geste, autant que par le chant, Nosfell esquisse des personnages, dans un grand écart entre le grognement et l’aigu lyrique, entre le rire hystérique et la prière. 

Tout cela, posé sur des nappes de cordes graves-violoncelles et alto-est hypnotique. Au point que,  quand la traversée des songes se fait plus sereine et plus ample, et que le spectacle se termine, on se prend à rêver à une suite; on aimerait connaître un peu mieux ces personnages si divers. 

La suite, on est invités à la découvrir au théâtre de la Cité internationale, dans son spectacle « Le corps des songes ». En attendant, on emporte chez soi un peu de ce trésor, de cet art total où chacun retrouve sa part de mystère. 

Crédits visuel: Affiche

 

Nosfell : ©Cristobal Ochoa

La création « Samsara »  de Jann Gallois, nous suspend littéralement…
Les grands maîtres du monde flottant à Aix-en-Provence
Lise Lefebvre

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *