Musique
MTC / « The Midnight Shadows »

MTC / « The Midnight Shadows »

17 mai 2022 | PAR La Rédaction

Le « Midnight Summer Dream » des Stranglers questionna, comme son inspirateur Shakespeare, les rapports humains et les inquiétudes d’une époque. Les « Midnight Shadows » de MTC viennent en songe nous conter l’univers du possible, de ce chemin lovecraftien pavé de néons et de musique électronique.

Par Steve Krief

A l’image de la couverture de cet EP, « The Moonlight Shadows », tout en poursuivant l’esprit du précédant, semble vouloir voguer au loin, dans la pénombre, après avoir salué une muse de la mythologie qui peuplera les nuits des passagers.

MTC : Lors des premiers jets en décembre 2020, à la campagne, sous une tempête éclairée d’une lune gibbeuse je commençais à griffonner des idées pour un titre d’abord ce fut « The Moonlight Shadows » : trop romantique, pour devenir finalement « The Midnight Shadows ». Un titre qui donne la teinte fantastique si particulière qui caractérise la série de disques « These Great Old Stories » commencé en 2019 avec le premier opus. L’inspiration de cette collection est autant lovecraftienne, sci-fi que non-sensique, mais toujours et si possible avec le sourire. Les thématiques et les visions qui m’ont traversé pour « The Midnight Shadows », était une femme face à un paysage bordé de rivages marins avec ce quelque chose de plus antique pour arriver à une réinterprétation électronique du mythe d’Andromède. En relisant les Métamorphose d’Ovide je suis tombé sur cette fin très belle et mystérieuse : les serpents de la chevelure de la tête de Méduse qui permet à Persée de sauver Andromède des griffes du monstre marin, se transforment en corail une fois posés sur la roche marine. Une belle métaphore de cet EP.

On est effectivement bien loin du menaçant « Spectre » et de ces cris prémonitoires, « We are the Virus » enregistrés sur le disque avant la vague de Covid…

Après « Spectre » qui était plus tourné vers les cimetières, les goules et autres maisons hantées bien joyeuses, j’avais besoin de prendre le large, d’explorer d’autres territoires pour embarquer les auditeurs vers un autre imaginaire ; plus profond grâce à l’ajout des teintes orchestrales. « Libra » le dernier morceau crée ainsi une sorte d’éclipse lunaire finale pour clôturer l’unique morceau, cet anti-single en quatre parties. Certains auditeurs auront d’autres images forgées par l’interprétation multiple à l’écoute des atmosphères ou des rythmes. Cela reste bien sûr électro, techno par moments, accompagné d’une désormais fidèle bassline « 303 » Acid qui vient jouer les trouble-fêtes… faut pas non plus trop se prendre au sérieux. Les synthétiseurs vintages présents (Roland Juno 106, Yamaha DX-7, et Korg M-1 entre autres) peuvent paraître très eighties mais sont autant utilisés plus pour leurs couleurs néons bleutées et puissantes que pour faire dans cette nostalgie ambiante qui nous inonde tous actuellement. Il est vrai que j’entretiens un sentiment d’attraction-répulsion avec ces années 80 : autant de bonnes choses que de laideurs.

En tout cas, vous semblez rester attiré à l’étonnant artwork de SFumator, déjà auteur de la sublime pochette de « Spectre »…

Oui, SFumator est l’autre moitié de MTC pour la réalisation de « These Great Old Stories ». Et je dois dire qu’il s’est surpassé pour donner corps à mes idées : Andromède enchaînée ou en train de se libérer, paysages marins, ciels nuageux et pleine lune… et puis cette pluie de braises tombant du ciel pour embraser tout. Certains regarderont en détails la lune de la pochette et y verront peut-être la face qu’il y a caché. « The Midnight Shadows » possède également un sens caché, celui de l’Horloge (de la fin des temps ?), les engrenages et les mécanismes qui se cachent sous la machine seront d’ailleurs au programme du 5ème album. Un sentiment d’incertitude sans doute encore plus marqué par les récents événements en Ukraine.

Y a-t-il des concerts prévus prochainement ?

Pas de concert à l’horizon pour le moment, je me concentre sur cette série de disques en studio, cela viendra avec le temps car jouer ces morceaux en live demandent une préparation longue et exigeante. Donc, pour le moment, je vais m’atteler à la dizaine d’albums et d’EP à réaliser pour aller au bout avant de retrouver, qui sait, le chemin de la scène. Le prochain LP est déjà en préparation et se tournera vers d’autres paysages en dérive, ceux du Grand-Nord. Sous la glace : le feu ! Et puis disons qu’une autre et importante annonce se fera au cours de l’année à propos du projet MTC. Alors qui aime, suive…

« The Midnight Shadows » est disponible sur les plateformes de streaming: https://mtc.streamlink.to/midnightshadows

Pour acheter l’album en copie digitale : https://themtc.bandcamp.com/album/the-midnight-shadows

Visuel : Affiche

Jean-Marie Blanchard, Directeur général chez Orchestre de Cannes « Le public est gourmand de formes plus courtes, avec plus de proximité »
Ivo van Hove prend la direction de la Ruhrtriennale
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture