Musique
[Live Report] Yves Jamait au Grand Rex (03/04/2012)

[Live Report] Yves Jamait au Grand Rex (03/04/2012)

04 avril 2012 | PAR Olivier Handelsman

Jamait, ô grand Jamait… Les douces mélodies du dernier album du rocker et chansonnier à la voix éraillée et aux paroles embués d’alcool et de cynisme ont fait chanter et s’émouvoir le public parisien comme à chaque fois. Menant son cortège de musiciens telle une harmonie de café-concert, Yves Jamait peut se targuer de révéler en chacun son côté le plus vivant et le plus rêveur après ce concert.

Après une première partie assurée par Dorothée Daniel, pianiste, chanteuse et parolière occasionnelle de Jamait, le public était pour le moins mitigé : la voix n’était pas en phase avec la musique, et la diction laisse à désirer; même les paroles manquaient de profondeur, correspondant mal à la qualité de son jeu au piano. Mais c’est en écrivant pour les autres qu’elle brille réellement : pour preuve, le duo qu’elle a soutenu avec l’artiste au cours du spectacle était efficace et entraînant.

En guest star, le chanteur Stéphan Rizon, artiste à l’aise dans les aigus sur les chœurs comme dans les graves pour ses propres chansons, et l’apparition (presque) inattendue dans le faux-fond de la salle (derrière l’écran de cinéma, Rex oblige) de l’orchestre des élèves du conservatoire de Dijon, qui ont amplifié la tristesse, la joie et l’humour de Jamait avec un brio embryonnaire, et les quelques fausses notes n’ont pas altéré l’humeur des spectateurs.

 

Les plus belles chansons de Saison 4 comme les moins originales ont trouvé leur place dans ce concert, mais c’est l’annonce d’une nouvelle chanson, encore sans nom, qui a suscité la curiosité et le bonheur de l’assemblée spectatrice. Dénonçant les vices et les promesses mensongères de l’Union Européenne, par l’intermédiaire d’un citoyen s’étant senti abusé par ses propres bons sentiments, cette exclusivité se moque avec tristesse des « Maastricheurs » et autres « Lisbonnimenteurs ». Un regard critique et trouble sur le monde, comme à son habitude, mais sans message politique comme certains auraient pu l’attendre.

La collection Jonas Netter à la Pinacothèque
Freakin’ Witkin à la BNF
Olivier Handelsman
Olivier Handelsman est étudiant en master de management à Grenoble École de Management, et étudie en échange à la Simon Fraser University de Vancouver (Colombie-Britannique, Canada) au second semestre 2013-2014. Licencié de Sciences Économiques à l'université Paris I Panthéon-Sorbonne, Olivier est intéressé par la micro-économie, l'entrepreneuriat, le management stratégique, de l'innovation, de la musique, des systèmes d'information et des nouvelles technologies. Olivier Handelsman a été scénariste de courts et longs-métrages en machinima (images de synthèse issues de jeux vidéo), et a une expérience professionnelle de pigiste dans différents médias tels que le journal Le Point (hors-série Références), PC Jeux et Millenium Source, ainsi que d'auditeur de service client, de programmeur Visual Basic et de démonstrateur produit.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *