Classique
L’agenda classique et lyrique de la semaine du 29 septembre

L’agenda classique et lyrique de la semaine du 29 septembre

29 septembre 2020 | PAR La Rédaction

Cette semaine malgré certains spectacles annulés ou repoussés pour cause de COVID, comme Le bourgeois gentilhomme à l’Opéra Comique qu’on espère voir jouer le 2 octobre ou Tannhauser à Rouen, l’agenda classique et lyrique a bien des trésors à offrir…

Par Victoria Okada, Paul Fourier et Yaël Hirsch.

Mercredi 30 septembre

À 20h, à l’église Saint-Martin à Laon, dans le cadre du Festival de Laon, le pianiste Philippe Cassard, le violoniste David Grimal et la violoncelliste Anne Gastinel célèbrent les 250 ans de Beethoven avec les Trios op 11, 121a et 70. 

À 20h, à l’Opéra national de Lorraine, une œuvre rarement jouée, Görge le rêveur d’Alexander von Zemlinsky est à l’affiche (jusqu’au 6 octobre), sous la direction de Marta Gardolinska et dans la mise en scène de Laurent Delvert. En coproduction avec l’Opéra de Dijon. 

À la même heure, et cette fois à l’Athénée, on pourra redécouvrir la légende du roi Crésus, sur une musique de Reinhard Keiser qui fut élève des mêmes maîtres que Bach et contemporain de Telemann. Le spectacle est mis en scène par Benoît Bénichou sous la direction musicale de Johannes Pramsohler. Jusqu’au 10 octobre. 

À 20h toujours, et à Montpellier, on pourra aller voir Le Barbier de Séville de Rossini (Première le 28) avec Philippe Talbot, Paolo Bordogna, Adèle Charvet… (direction : Magnus Fryklund, mise en scène : Rafael R. Villalobos).

Jeudi 1er octobre

À 20h, au Théâtre des Champs-Élysées, Vivaldi sera à la fête lors d’un concert réunissant Philippe Jaroussky, Emoke Barath, Lucile Richardot et Emiliano Gonzalez Toro

Egalement à 20h, le Festival Baroque Pontoise fait entendre à la cathédrale Saint Maclou, Céline Scheen, Damien Guillon et son Banquet Céleste dans la Cantate BWV 1083 « Tilge, Höchster, meiner Sünden » de Bach qui réécrit le Stabat Mater et le Nisi Dominus de Vivaldi.

À 20h30le pianiste Ali Hirèche donne un récital Mompou / Schumann / Saint-Sains à la Salle Cortot. Informations et réservations

Du jeudi 1er au dimanche 4 octobre

C’est le 3e et dernier week-end du Festival d’Ambronay sous le thème de l’ « Exploration ». Un format réduit, mais sans aucun compromis quant à la qualité de concerts, les spectateurs peuvent choisir leur montant pour soutenir le festival et les artistes. Pour ce week-end, on peut notamment entendre deux œuvres de Charpentier : Méditation pour la Carême par l’ensemble Les Surprises et l’opéra Acteon par Les Cris de Paris. Infos et réservations.

Vendredi 2 octobre

À 20h, à l’Opéra de Metz, l’anniversaire des 800 ans de la Cathédrale de la ville donne l’occasion de fêter Giovanna d’Arco à la sauce Verdi (avec Patrizia Ciofi, Jean-François Borras, Pierre-Yves Pruvot, Giovanni Furlanetto… ; direction : Roberto Rizzi Brignoli, mise en scène :Paul-Émile Fourny).

À 20h, à l’auditorium de Radio France, l‘orchestre philharmonique de Radio France et Bertrand Chamayou présentent pour la première fois, sous la direction de Mikko Franck, la version révisée du Concerto pour la main gauche de Ravel. En complément, deux Etudes de Yann Robin en création mondiale et La Mer de Debussy. 

Samedi 3 octobre

À l’Opéra de Lille, on embarquera pour un Inattendu festival qui s’ouvrira, à 18h, par la création du Retour d’Idoménée, une proposition d’Emmanuelle Haïm et Àlex Ollé qui s’emparent de la musique d’André Campra (1660-1744) pour ré-imaginer ou ré-inventer le récit tragique du héros grec.

À 15h, à l’Opéra-Comique, Le Bourgeois Gentilhomme reprend (ou pas) le service après l’annulation des premières représentations à cause d’un cas asymptômatique de la COVID. On croise des doigts !

À 17h et à 20h30, Arnaud Marzoratti et Les Lunésiens révisent le code de la route au Festival de Royaumont

À 18h à la Bibliothèque nationale de France, l’écrivain Pascal Quignard et la pianiste Aline Piboule propose un récit-récital « Boutès ou le désir de se jeter à l’eau », à l’occasion de l’exposition qui lui est consacrée, autour du manuscrit de Boutès et de ses dessins. (Musiques de Ravel, Debussy, Fauré, Schubert, Chopin, Messiaen ainsi que des créations de Benoît Menut).

À 20h, à l’auditorium de Radio France, à l’instar du veille, l‘orchestre philharmonique de Radio France et Bertrand Chamayou présentent pour la première fois, sous la direction de Mikko Franck, la version révisée du Concerto en sol de Ravel. En complément, Crescent Scratches de Yann Robin, extraits des Préludes de Debussy et la suite de Ma Mère l’Oye de Ravel . 

À partir de 20h, c’est La Nuit Blanche à la Philharmonie ! Il y en a pour tous les goûts : Nuit des petits, Nuit ambiante, Nuit de la percussion, Nuit du quatuor (avec installation de Fabienne Verdier !), Nuit Rodolphe Burger. 

Dimanche 4 octobre

À 17h30, dans le cadre du Festival de Royaumont, le claveciniste Jean-Luc Ho donne la deuxième partie de l’intégrale des Partitas de Bach sur 6 clavecins différents. Un événement !

À 17h30, à la Philharmonie de Paris, c’est (avec un peu de chance) le retour du grand opéra russe avec La Khovanchtchina de Modeste Moussorgski. Valery Gergiev dirigera l’Orchestre et le Choeur du Mariinsky (avec Yulia MatochkinaYevgeny AkimovMikhail PetrenkoEvgeny Nikitin…)

Lundi 5 octobre

Ailleurs, si loin, si proche :

À 20h, au Liceu de Barcelone, Gustavo Dudamel dirigera Il Trovatore de Verdi dans une version concert qui réunira Rachel Willis-Sorensen (qui remplace Anna Netrebko en convalescence Covid), Yusif Eyvazov, Ludovic Tézier et Okka von der Damerau.

visuel : Cresus (c) Théâtre de L’Athénée 

« La Femme qui s’est enfuie » : un film ouvert et féminin
Chloé Tournier : « Ce sont nos usagers qui jouent la partition du MAIF Social Club »
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *