Musique

La playlist transculturelle

La playlist transculturelle

17 février 2019 | PAR Antoine Couder

Cette semaine, Katy Perry, Irène Drésel, Glints, Modern men et Harry Hudson.

 Gold Veins — Glints

La Belgique ne chochote plus, Glints s’en va jouer dans la cour des grands avec cette pointe européenne qui donnerait envie à Cyril Hanouna de passer un Master de philo et à Sacha Baron Cohen de venir faire le caméo sur son cheval en or. Très sérieux et même sérieusement rigolo, le quasi pyjama est totalement raccord  avec le véhicule utilitaire gilet jaune.

 

Victoire — Irène Drésel

Plus habituée aux pages de Trax magazine et aux pinces fesses d’art contemporain, la chouette Irène, sorte de version techno d’Arielle Dombasle, ramène à la surface du dance-floor la sensualité brute et mélodique qui sied à la musique de club. Avec cette pointe de mystère qui finit par rendre son drôle d’univers un peu inquiétant.

On your Knees — Modern men

Soyons sérieux, n’ayons l’air de rien. Le nouveau projet du chanteur de MNNQNS ne fait pas dans la dentelle. Goût du détail et de l’orchestration mélangés à des accès de colère noise sous un fond vert télé qui ramène immanquablement à une ambiance d’asile psychiatrique. Une œuvre brut de jeunes gens modernes.

Just slide — Harry Hudson (feat. Jaden Smith)  

Allez on se calme, le petit génie de la folk passe le micro au bon copain qui affole la planète rap en déclarant être le petit ami de Tyler, the Creator. Assez énorme en fait. Le fil de Will Smith qui défraie la chronique sait aussi chanter et, officiellement, reste un vrai soutien d’Hudson lorsque celui-ci a dû faire à ce cancer dont l’ombre plane en permanence sur ses compositions. Just slide, chante-t-il, tu peux encore passer au travers.

365 — Katy Perry &Zedd

Retour et final avec notre fille de pasteur préférée ici rétro futuriste, poupée platine paramétrée par des savants fous, Katy se promène un peu mais pas trop dénudée sur divers divans spécialisés tandis que son producteur Zedd – celui qui rend Ariana Grande irrésistible- prépare des cocktails. Des martinis à l’absolut mais quelle erreur ! Mais bon, c’est déjà pardonné.

8 mars : Femme, je suis, et féminine, je vis.
Daniel Steegmann Mangrané au IAC de Villeurbanne : Il ne voulait prendre ni forme, ni chair, ni matière.
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », une autofiction portée par l’histoire de la musique enregistrée qui a été sélectionnée pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique, entendue au sens de l’écoute et de l’inspiration qu’elle procure. Il écrit actuellement une fiction anthropologique se déroulant entre l’Allemagne, la Suisse et la France.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *