Musique

La playlist SexAndLov

La playlist SexAndLov

14 janvier 2019 | PAR Antoine Couder

Cette semaine Mouse DTC, Charlotte Adigéry, Hanami, Bazbaz et Sasami.

Paténipat — Charlotte Adigéry

Sous la toujours très intense influence média de la jeune prodige Jain, Charlotte tente le pas de côté, assez fin, un peu berzingue, sur un air de Gwoka, made in Martinique et totalement infusé à ce mélange de Dance Hall et de Pop’RnB reconnaissable mais suffisamment rugueux pour entraîner sur le dance-floor ceux et celles qui ont quelques heures de danse africaine dans les jambes. On s’inscrit au cours.

Comment t’oublier — Bazbaz  

Retour soudain dans les images du cinéma français un peu engagé des années 80, des visages que l’on est presque certain d’avoir déjà croisés. L’histoire de gens juste libres qui se laissent porter par leur désir d’une façon drôle et ordinaire sur une musique qui pourrait être jouée dans une réunion de famille. Une sorte de cousinade chez les Chedid ? Sous des airs convenables, une envie explicite de pimenter sévèrement son existence.

Dead the cat — Mouse DTC  

À peu près à la même époque, un étage synthétique plus bas, on mélangeait les gimmicks rock avec des rythmes carrés électroniques, romantiques ou désespérés. On avait le choix. Les Mouse ont choisi un registre un peu plus érotomane autour duquel il cherche la chanson imparable, à la fois introvertie et extravertie. Le tube comme à la maison.

Jealousy — Sasami  

En très bonne compagnie avec les Mouse, cette petite pépite de la semaine, single envoutant de la jeune prodige signée par Domino Records où l’ambiance lynchienne et les nappes faussement psyché soutiennent une voix enivrante qui sculpte du fond de la caverne garage l’ADN de la chanson des sixties. Vraiment canon.

Sur le coeur— Hanami

Sorti de ces vapeurs stupéfiantes, on finit par rouler par terre en murmurant des choses folles et sentimentales tout vêtu de ses textures qui se succèdent, en constante mobilité (Atom for Peace ?) et d’un texte en français qui cherchent ses appuis du XXIème siècle. Trop sophistiqué ou peut-être trop envie de bien faire et de plaire, coûte que coûte. La galette fort heureusement est trop courte pour devenir écoeurante, on reste donc en suspension avec très vite l’idée d’en reprendre un morceau.

 

 

 

visuel :  Album de Camille Bazbaz

« The Scarlet letter » : Angélica Liddell « A » l’assaut des puritanismes
Les sorties classiques et lyriques à écouter en janvier
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », une autofiction portée par l’histoire de la musique enregistrée qui a été sélectionnée pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique, entendue au sens de l’écoute et de l’inspiration qu’elle procure. Il écrit actuellement une fiction anthropologique se déroulant entre l’Allemagne, la Suisse et la France.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *