Musique
La playlist « j’aurais bien voulu essayer Biolay »

La playlist « j’aurais bien voulu essayer Biolay »

28 juin 2020 | PAR Antoine Couder

Cette semaine Theodora, Tiña, Judith Kiddo, Rouquine et K.C White.

Bastante — Theodora

J’aurais bien voulu essayer Biolay, mais impossible. Autant revenir à l’original, cette gesticulation maline et tout à fait pop d’adapter la chansonnette au dance-floor. C’est l’Italie, c’est Christophe, pas du tout Benji.

Cyborg — Rouquine

J’aurais bien voulu essayer Biolay mais voilà il y a tous les autres ; PNL passé par les fourches caudines d’Etienne Daho et de Nicolas Sirkis. Oui, ça fait peur et même à toi Benjamin, tiens toi prêt à renvoyer la balle aux faiseurs de rimes qui hantent tes backstages. 

 

Serpent cheval — Judith Kiddo

J’aurais bien voulu essayer Biolay, mais pas au point de sacrifier la découverte de la semaine, ce pan obscur de la chanson francophone qui joue aussi bien que les pros en restant dans la marge. Vous voyez forcément ce que je veux dire. Il n’y a qu’à écouter les textes, ce n’est pas du Biolay.

 

No no no— K.C White

J’aurais bien voulu essayer Biolay, mais voilà que le label Sound of Universe a annoncé la sortie d’un Reggae Fever, nouvelles propositions sans doute remastérisées des boss sound from Jamaïca. Ici la version grand hôtel, rooftop cocktail du « Screaming target » de Bigh Youth. Speciale dedicale à B.B from Paris.

 

Rosalina— Tiña

J’aurais bien voulu essayer Biolay, au moins pour finir, mais, entretemps, j’ai trouvé les gars qui pourraient enregistrer avec lui son prochain album, lui donner quelques idées mélodiques au passage. La bande de Joshua Loftin sera parfaite pour tirer les fils de l’underground par le haut. J’espère qu’il lira cette chronique le Biolay, parce qu’il nous remerciera un jour.

Visuel : couverture du nouvel album de Benjamin Biolay

[Rencontre] En algun lugar de la semana, premier projet intime et confiné du merveilleux chanteur Amantin.a
« Le dernier juif de France », un roman jubilatoire sur le tournant d’une certaine presse de gauche par Hughes Serraf
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », sélectionnée pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique, entendue au sens de l’écoute et de l’inspiration qu’elle procure. Il prépare actuellement une biographie de Jacques Higelin (Castor Astral, 2020)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *