Musique

La Fête de la Musique 2010

19 juin 2010 | PAR Claire Linda

Un phénomène de société : c’est ainsi que l’on se plaît à reconnaître la Fête de la Musique, créée et mise en place par le Ministère de la Culture. Forte aujourd’hui de trois décennies de succès, elle doit en grande partie sa longévité à l’écho qu’elle renvoie de l’évolution de la société. La Fête de la Musique, en 2010, a pour thème, « musique au féminin »

La « Musique au Féminin » :

Les femmes ont marqué l’univers musical c’est indiscutable… mais pour elles, la musique s’est révélée trop souvent être un terrain à conquérir. Composer, créer, diriger furent donc longtemps un apanage masculin âprement défendu. Taire son talent, le dissimuler sous un nom d’homme, était au 12ème siècle un enjeu pour bien des musiciennes. Le colloque organisé en 2008 au centre culturel de recherche d’Ambronay sur le thème « Femmes, le génie interdit ? » a mis en lumière le parcours de ces femmes méconnues, niées ou écartées. Ce n’est qu’en 1795 que les femmes accèdent enfin à l’enseignement de la musique, avec la création du Conservatoire National Supérieur de Musique.

Aujourd’hui, une carrière dans la vie musicale s’ouvre sur des bases très proches pour une femme et pour un homme. Pourtant le terme de « compositrice » continue à faire débat : Betsy Jolas, compositrice éminente, souligne combien il est étonnant de voir mentionner « femme compositeur » ou « woman composer » alors qu’on ne dit jamais « homme compositeur » ou « man composer ». Elles sont nombreuses pourtant aujourd’hui à porter haut les couleurs de la musique savante contemporaine par une écriture novatrice empruntant à toutes les formes.

Muse, égérie, diva, idole… De l’Olympe jusqu’à notre 21ème siècle, la femme crée et perpétue les mythes de la musique. Personnage et cantatrice s’enrichissent d’un reflet mutuel : La Callas, triomphe dans le rôle de la cantatrice Floria Tosca, offrant une mise en abyme absolue de l’art lyrique…. Les divas de la modernité ont aujourd’hui le piquant d’une Natalie Dessay ou d’une Cecilia Bartoli, et la liberté d’une Patricia Petibon.

Juliette Gréco chantant le brillant Saint-Germain-des-Prés, Barbara, Anne Sylvestre, Colette Magny, Hélène Martin ( qui a mis en musique Villon, Aragon et Genêt ), sont les voix d’une chanson intimement liée à la vie littéraire et intellectuelle. Des voix de femmes symboles de courage et d’engagement, incarnant les combats et les convictions assumées… La relève de la chanson française brille par ses étoiles féminines, Claire Diterzi œuvre pour le rapprochement des styles du rock au baroque, Camille, Izia, Emily Loizeau, Keren Ann, Catherine Ringer, ou encore Juliette, sont libres, rebelles, audacieuses, et impriment avec tonus leur créativité transgressive au paysage musical…

La voix des femmes résonne d’une parole enfin libérée, dans le genre renouvelé de la chanson, de la fantaisie ou de la variété.  C’est leur créativité, leurs combats, la vérité profonde de leurs répertoires et de leur talent qui seront à l’honneur ce 21 juin .

Programme : La Sélection de la rédaction

Les femmes sont à l’honneur le 21 juin : qu’elles soient rock (les Sheep Girls à Narbonne), jazz (Jazz’Ocailles à Rennes), lyriques (Anne Royer et Angélique Leterrier à Caen), folk (Les Poulettes à Manosque), harpistes (Glissando à Aix-En-Provence), djettes (Missill à Six-Fours, Elisa Do Brasil à Sélestat), cubaines (Sun Curbain à Falaise), basques (Lau Bu Ru, Koloreak et Buhaminak à Bayonne) ou en chœurs (Sol’Aria à Digne les Bains, Cantifolia à Grasse ou Hymnis à Marseille), cette journée leur est dédiée…

Belle programmation en Ile-de-France qui devrait satisfaire le plus grand nombre.

On peut écouter Jeanne Cherhal aux côtés de Revolver à Neuilly sur Seine (92), une scène française avec Gérald De Palmas à Noisy le Grand (93), Les Fils de Teuhpu pour une ambiance festive à Sartrouville (78) ou encore l’Orchestre National de Barbès qui met l’ambiance à Clichy (92) avec ses rythmes endiablés.

A la Bellevilloise dans le 20ème arrondissement de Paris pour la 8ème édition des Échos de la Fête. De nombreux artistes s’unissent pour proposer un concert exceptionnel : les Twin Twin investissent la scène avec leur son unique de slamrockelectrohiphop, Amparo Sanchez interprète ses mélodies envoûtantes et Zaza Fournier ses compositions résolument décalées. Pierre Souchon chante d’une chaude voix pop et tendre tandis qu’Alexis Rault égrène son répertoire pop-folk ironique et acidulé. Theo Phan quant à lui délaisse les plateaux de télévision le temps d’un titre en hommage à Haïti. En parallèle, Fantazio, accompagné de Sarah Olivier, et La Fonta proposent un concert acoustique.

Pendant toute la soirée, le public sera invité à découvrir les images des Fêtes de la Musique du monde entier, projetées en direct de la Bellevilloise. Ces images seront simultanément mises en ligne sur le site .

Le tour du monde de Yaël un 21 juin :

1er arrondissement : le Ministère de la Culture et de la Communication met les femmes et l’Espagne à l’honneur. En prélude, le Ministère a souhaité rendre hommage au Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO qui a inclus dans sa Liste de sauvegarde urgente le Cantu in paghjella, tradition de chants corses, et ajouté sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité le Maloya, mélange de musique, de chant et de danse, originaire de la Réunion. ?Dans le jardin du Palais-Royal à Paris, le public peut écouter dès 19h le groupe corse Paghjellaghji et à 19h35 le Maloya de Christine Salem. A 20h15, s’élève la voix singulière de Madjo avant de laisser la place à la charismatique Amparo Sanchez à 21h30. Enfin, Buika fait résonner tout son talent à 22h45. Le concert est retransmis en direct sur FIP. 19h-minuit, Place Colette, rue de Montpensier, Paris 1ier, m° Palais Royal

3e arrondissement : L’enregistrement de l’émission « Les Carrefours de l’Europe » aura lieu à l’Institut Suédois, où en sus des danses traditionnelles, vous pourrez découvrir à 20h, la star blonde, pop/rock et hype Anna von Hausswolf, Jardin de l’Institut Sudéois, 17h30-22h, 10 rue Elzévir, Paris 3e, m° Chemin Vert

Au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme, l’exposition Radical Jewish Culture ouvrira ses portes exceptionnellement, avec la projection dès 22h00 de quelques films courts dont la musique a été composée par John Zorn.

5e arrondissement : En route pour l’inde dans le joli cadre du Couvent des Bernardins, avec un « Râga du soir ». 20h-23h, 20, rue de Poissy, m° Maubert-Mutualité ou Jussieu

Sur le Parvis de l’Institut du Monde Arabe, les cultures maghrébines et du Moyen-Orient auront droit de cité avec DJ Malik (19h30), Les Sept Coups (Rap libanais, 20h00), Royal S. (hip-hop franco-libanais, 20h45), Sanoune (chant sétifien, 21h30), Mourad El Bidaoui (Chaâbi marocain, 22h30) et Salim (Raï).

7 e arrondissement : Florilège Argentin pour le bicentenaire du pays à la Mais de l’Amérique Latine. Il y aura bien sûr du tango de Buenos Aires mais également de la musique traditionnelle d’autres provinces argentines (mendoza, Tucuman, Corrientes), Cour intérieure, 20h-minuit, 1, rue Saint-Dominique, Paris 7e, m° Rue du Bac.

13 e arrondissement : Le blues congolais Staff Benda Bilili et le ska énergique de Babel Oued Sound, Place d’It’, 19h-minuit, square central, Place d’Italie, Paris 13e, m° Place d’Italie.
Vincennes : la coupe du monde à Paris, avec un podium spécial Afrique du Sud devant le Château de Vincennes, avec en tête d’affiche Alpha Blondy, 17h-minuit, Château de Vincennes , Vincennes, m° Château de Vincennes.

Un brin de classique :

1er arrondissement : Dans l’après-midi, Jean-François Zygel, son pianos et quatre chanteurs, expliquent l’opéra aux petits, comme aux grands. 15h-19h30, Théâtre du Châtelet, 1 place du Châtelet, Paris 1ier, m° Châtelet
Et sous la pyramide du Louvre, l’Orchestre de Paris conduit par Krystian Järvi joue du classique contemporain américain de Gerschwin à John Adams. 22h-23h30, Musée du Louvre, sous la pyramide, Paris 1ier, m° Palais-Royal.

4e arrondissement : A l’église Saint-Louis-en-l’île les étudiants de la Shola Cantorum sa lancent dans un marathon Bach. 19h30-23h, 106, bis rue Saint-Louis-en-l’île, Paris 4e, M° Pont Marie.

7e arrondissement : L’Orchestre de Radio France propose une soirée éclectique au Musée d’Orsay : il y aura du Monteverdi, du Bach, mais aussi du Poulenc et du Enescu, du Arvo Pärt et du Stephen Hatfield. 20h-21h, rue du Bac, Paris 7e, M° Solferino.

8e arrondissement : Plus petite production et 100% baroque à la Librairie de la galerie de la Madeleine, au programme, Bach, Vivaldi et Telemann. 21h-22h, 30, rue Boissy d’Anglas / 9 place de la Madeleine, Paris 8e, m° Madeleine.

Chansons à texte et nouvelle scène française de Cécile :

1er arrondissement : Découvrez le son pop folk du jeune Mélowè. Guitare à la main, le petit Français chante la femme avec respect et la vie, en toute simplicité et surtout avec fraîcheur. Bruschet Caffé, 20 place Dauphine de 19 heures à 22 heures

5ème arrondissement : La Sorbonne rend hommage à la chanson française en organisant un rassemblement d’artistes présents aussi bien pour chanter que pour lire des textes à propos de musique. L’auteur-compositeur et interprète Pierre Barouh, le groupe Lilicub, le chansonnier Manu Lods et l’actrice Noémie Kocher seront notamment de la partie, tout comme Michel Deshays et sa musique folk-rock, le comédien et chanteur Bernard Menez et le chanteur décalé Marc Havet.
Amphithéâtre Richelieu, Université de la Sorbonne, 17 rue de la Sorbonne de 21 heures à 23 heures

12ème arrondissement : « Si Ça Me Chante » est une école qui aborde avec humour et surtout avec inspiration les grands classique de la chanson française, le tout revu version swing. Georges Brassens, Boris Vian, Salvador, Fernandel… tous les grands noms passent entre les mains des différents artistes amateurs.
36-38 rue Paul Belmondo de 20 heures à 22 heures

14ème arrondissement : On vous la dit et redit, la fête de la musique 2010 est spécialement dédiée au artistes femmes. Dans la catégorie chanson française, on vous recommande Patricia Caille. Accompagnée de ses deux musiciens, la petite française vous présente sa musique, influencée autant par Barbara, Serge Gainsbourg, Zazie, Camille, la musique tsigane et andalouse que par les sons naturels que sont le vent et les mers.
Jardins partagés Auguste Renoir, 8 rue des Mariniers de 20 heures à 23 heures

15ème arrondissement : Laura Flane s’impose en douceur place du Commerce pour un concert en tout intimité. Sa voix légère et rassurante nous raconte des histoires sur fond de piano ou de guitare. Laura Flane s’amuse avec les mots et les assemblent pour créer des textes imprégnés de délicatesse.
Devant le square de la place du Commerce de 19 heures à 21 heures

18ème arrondissement : Allez, on ose ! Pour varier votre parcours et y distiller un peu d’exotisme, faites un petit tour au Trois Baudets, boulevard de Clichy et laissez-vous charmer par Kakehashi. Le groupe rassemble chanteurs japonais et français et joue… de la chanson française, oui oui. On pense que le concert vaut le détour ne serait-ce que pour l’originalité du groupe qui l’assure. Ensemble, ils tisseront des ponts entre l’Hexagone et l’archipel nippon, sur des chansons comme « La vie en rose »
Les Trois Baudets, 64 boulevard de Clichy de 20h30 à 22h30

La Scène électro de Coline

2ème arrondissement : devant le palais de Brongniart  Hold up : 18h00 00h30 Luca Castillo et Dima db (19h) , 20h : siler et undermez 21 : Tvfrom 86

13ème arrondissement : La péniche du Batofar misera sur l’électro avec de nombreux DJ et formations. Au programme, notamment: Toxic Avenger (20h00),  Para One (22h30) et Macross vs. WipeOut (minuit). De quoi danser de nombreuses heures durant.

20ème arrondissement : Fête de la musique chez Cosette : Gyro Fades (tech minimal)  au Café chez Cosette

Pme Hardelectronics : 18h00 00h30 avec Monjules , Kaf-K , à la cantine de Belleville

La Sélection Rock de Tristan

5ème arrondissement : L’Estrapade pour l’occasion accueille trois groupes rock de 18h à 21h approximativement. Le show débutera avec Mary Pop Pin’s dont le seul titre « Alice In Wonderland » disponible sur Myspace nous annonce de bien belle compo dont la mélodie s’apparente à Muse. Les filles de ce groupe offriront aussi quelques reprises Narcotic de Liquido. Avec un nom de groupe aussi poétique, les June Lullaby (berceuse de juin en français), on ne peut que s’attendre à quelque chose doux et tranquille à l’image du titre « horse ». Ce groupe offrira à tous ses spectateurs ses sons pop rock parfois légèrement électro faisant pensé à du Bjork. De 18h à 21h, Place de l’Estrapade, RER B arrêt Luxembourg Plan

8ème arrondissement : Devant le magasin Mondial Art est un autre endroit où aller pour découvrir des artistes rock. A 20h30, le groupe Otway Ross sera présent pour offrir aux passants un peu de douceur. Ce groupe émergeant réussi à nous apaiser avec des chansons telles que « Flower » ou « Dreaming Wheel ». C’est une véritable plongée dans un univers de coton tapissé de musique Rock Folk. En compagnie de ce groupe bien connu des amateurs de folk, seront présent lors de l’évènement le français au texte tranquille Gregg Huet et d’autres (hayne maclachlan, shannon birchall, christian osburn, abel saint bris). De 20h30 à minuit, 40 rue Sant André des arts, 75006 Paris Plan

13ème arrondissement :  passer une bonne soirée Rock, vous pouvez vous rendre à la Butte aux Cailles. Se succèderont dans différents styles de musique 5 groupes de 18h30 à 23h30. Débuteront en premier le groupe Knock Me Out avec ses mélodies Pop punk, suivront ensuite les petits-enfants de Trust, La Queue Du Lézard, puis un peu plus de douceur avec The Mojito Royal, passeront à la suite les décalés de Carbon Ink avec leur style funky et pour finir le groupe punk-rock Les Wireless Wixxrollers (se) démonteront sur scène. Plan

15ème arrondissement : Le Charly Birdy propose un concert avec deux groupes qui valent le détour. Dés 19h, venez vous embarquer aux côtés d’Erik Franck et Nephtaly pour atteindre les verts pâturages du rock. Avec des chansons rythmées telles que « Mama » ou « Around You » ressemblant à du Janis Joplin, le duo nous permet de voyager tranquillement sous leurs doux accords. On retrouve aussi dans leur répertoire des songs tel que « Matin Bleu » à la manière de Portishead. En deuxième partie, le groupe Rock and Glass fera des reprises de U2, Police, Muse et bien d’autres. De quoi passer une bonne soirée dans l’esprit rock.De 17h à minuit , 1 place Etienne Pernet, métro ligne 8 arrêt Commerce

http://www.youtube.com/watch?v=XeT9vVyfRvw

Bonne Fête de la Musique !


Pour la Petite Histoire

Quand Maurice Fleuret devient Directeur de la Musique et de la Danse en octobre 1981, à la demande de Jack Lang, il applique ses réflexions sur la pratique musicale et son évolution : « la musique partout et le concert nulle part ». Découvrant en 1982, à l’occasion d’une étude sur les pratiques culturelles des français, que cinq millions de personnes dont un jeune sur deux, jouent d’un instrument de musique, il se prend à rêver de faire descendre les gens dans la rue.

Jack Lang, alors ministre de la culture, décide de lancer la première Fête de la Musique, le 21 juin 1982, jour du solstice d’été, nuit païenne se référant à l’ancienne tradition des fêtes de la Saint-Jean.

« Faites de la musique, Fête de la Musique », la formule devenue mot d’ordre n’avait rien du slogan. Cette mobilisation des musiciens professionnels et amateurs, cette attention nouvelle portée à tous les genres musicaux, devenaient ainsi, à travers la réussite immédiate d’une manifestation populaire et largement spontanée, la traduction d’une politique qui entendait accorder leur place aux pratiques amateur ainsi qu’au rock, au jazz, à la chanson et aux musiques traditionnelles, aux côtés des musiques dites sérieuses ou savantes.

La gratuité des concerts, le soutien de la SACEM, le relais des médias, l’appui des collectivités territoriales et l’adhésion de plus en plus large de la population, allaient en faire, en quelques années, une des grandes manifestations culturelles françaises.

Elle commence à  » s’exporter  » en 1985, à l’occasion de l’Année européenne de la Musique. En moins de quinze ans, la Fête de la Musique sera reprise dans plus de cent pays, sur les cinq continents. C’est aujourd’hui une fête internationale.

Infos pratiques

Heiner Müller : la foudroyante absence du père au Théâtre de l’Athénée
Jan Fabre fait danser Artemis Stavridi avec la mort/ Another Sleppy Dusty Delta Day
Claire Linda

One thought on “La Fête de la Musique 2010”

Commentaire(s)

  • Amelie Blaustein Niddam

    Merci pour ces supers conseils!
    côté jazz, un hommage à Gainsbourg aura lieu au Duc des Lombards , une belle occas de rentrer gratuitement dans la salle refaite, et du klezmer devant la mairie du 4e.
    Esperons juste que l’été soit au rendez vous maintenant!

    juin 20, 2010 at 19 h 46 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *