Musique
La (belle) playlist que voilà

La (belle) playlist que voilà

13 mai 2019 | PAR Antoine Couder

Cette semaine Arno, Joan as Police Woman, Fat White Family, Diplo, Young Nudy et Megan Thee Stallion.

Oostende bonsoir — Arno

Il est assis, il nous la joue «j’arrive». Celui qui s’est tranquillement retiré de la sphère des médias, plus envie d’en rajouter non merci, Hérault d’un Murat, d’un pays imaginaire qui ressemble à un bar dans une demie-obscurité, le revoilà tout en simplicité. Il y a 30 ans, Arno chantait le blues en «Forget the cold sweat», aujourd’hui il répond en écho. Oostende bonsoir.

Kiss — Joan as Police Woman

Toujours dans ces mêmes eaux vintage, Joan laisse doucement couler sa cover de Prince entre les filets de son « Joanthology » à sortir prochainement. Cadence ralentie, ambiance de bar, strip-tease d’anniversaire pour poète désabusé. Qu’importe les fantasmes, on fixe la scène et on commande un autre verre.

When I leave — Fat White Family  

Et tout doucement nous voilà sur les rives de 2019, les affreux Anglais grands prêtres d’un punk sardonique et rigolo pourraient bien ici se coltiner une métaphore du Brexit. Après la sidération, la prophétie, «Il faut de l’aplomb pour mettre autant d’énergie dans son autodestruction. Si le Brexit est incompréhensible depuis Londres, va faire un tour à Sheffield. C’est une ville fantôme. Les deux mondes existent, et ils sont bien séparés. Mais ils vont devoir croquer dans le gros sandwich de merde ensemble.»

 

So long — Diplo (feat. Cam)

Changement de décor mais, peut-être pas de territorialité, toujours ces marges des grandes villes et ici, de la musique country toute secouée depuis qu’un rappeur s’est mis à en sampler des extraits pour en faire un tube pop (Lil Nas X). Cette fois, c’est carrément Diplo qui est à la manœuvre, inaugurant une série de collaborations avec des artistes country, Ça commence fort avec la chanteuse Cam, sidérante de grâce et d’évidence.

Shotta — Young Nudy (feat. Megan Thee Stallion)  

Échappé de peu aux foudres de la justice américaine, le cousin costaud de 21 Savage ramasse la mise du hype dans sa déambulation en clin d’œil black Power à Russ Meyer, avec de gros flingues en plus, code mafia ça va de soi. On clique sans réfléchir pour un menu abordable avec entrées au buffet, à volonté.

Visuel : ©Shotta — Young Nudy

« La princesse aux petits plats », un amour à dévorer d’Annie Marandin et Lucile Placin
Charles Tesson, délégué général de la Semaine de la critique : « On parle souvent d’exigence critique, mais on oublie trop l’autre versant : la générosité »
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », sélectionnée pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique, entendue au sens de l’écoute et de l’inspiration qu’elle procure. Il prépare actuellement une biographie de Jacques Higelin (Castor Astral, 2020)

One thought on “La (belle) playlist que voilà”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *