Musique

Jean Christophe Aplincourt, Directeur du 106 à Rouen, nous parle du Festival Rush

Jean Christophe Aplincourt, Directeur du 106 à Rouen, nous parle du Festival Rush

19 avril 2018 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Toujours à l’invitation du 106, le festival Rush s’empare de la Presqu’île Rollet du 1er au 03 juin, avec cette année, une édition coordonnée par Monsieur Rodolphe Burger. Nous avons demandé à Jean Christophe Aplincourt, Directeur du 106 à Rouen de nous en dire plus sur cette programmation très ouverte.

Le thème de cette année est la transe. Des artistes nous permettront ils de l’atteindre plus rapidement ? 
A mon avis, ils vont tous y contribuer par des voies différentes : le groove colombien, la répétition lancinante du désert, la techno-roots de Kinshasa, l’électro analogique, le jazz mâtiné de hip-hop, le trip hop nocturne et le rock déluré sont toutes des musiques spirituelles et sensorielles. Il suffit d’être bien au moment où on les reçoit et on se transforme ! Je mise beaucoup sur Sudan Archives, Kokoko! et Sons of Kemet en tant que révélations !

Rodolphe Burger est cette année le maître de cérémonie. Comment et sur quoi intervient-il ?
D’abord, il est devenu notre ami et ça compte beaucoup. Ensuite, il a mis tout son carnet d’adresses à contribution et vu son passé et son ouverture d’esprit, ça représente beaucoup de monde. Nous avons dialogué sur tout : les performances, l’installation d’art contemporain, la conférence, les horaires de passage, tous les artistes sont assumés à 100% !

 Pour quelles raisons, même si très symbolique, passez-vous du gratuit au payant ?  
A cause du grand succès de l’année dernière que nous avons eu des difficultés à anticiper et de la volonté de rester dans ce si beau cadre de la Presqu’île au milieu du port avec les cargos au lointain ! Rush reste un festival de découvertes et d’ouverture au monde, donc les billets doivent rester très abordables : 5/8/10€ par jour, c’est encore très accessible.

 Visuel : ©Rush
Made festival à Rennes : transformer l’essai après deux éditions
« Fuck the world », le pénis bleu qui fait polémique à Stockholm
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *