Actu
Antoine Couder et Rodolphe Burger en dédicace au Cannibale [ Live Report ]

Antoine Couder et Rodolphe Burger en dédicace au Cannibale [ Live Report ]

28 juin 2017 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Hier soir, à l’invitation de Toute La Culture, le journaliste Antoine Couder a investi le Cannibale Café à l’occasion de la sortie de son excellent essai Fantômes de la renommée ( Médiapop éditions) préfacé par Rodolphe Burger.  100% rock.

Si pour Antoine Couder, le rock est une affaire de « morts-vivants », c’est dans un Cannibale blindé, en terrasse et à l’intérieur que des buveurs et des mangeurs refaisaient le monde à voix haute. C’est déjà rock ça.

Ensuite, il a fallu intégrer le bruit et en faire une ligne de basse. Bus, Ordures, Discussions. C’est super rock ça.

Alors, Toog s’est mis au piano, ou plutôt au Bontempi, lui qui malaxe les sons avec les touches de son clavier pour enfant. Là, l’attention s’est faite autour de lui, permettant de tenter une lecture absolument anticonformiste de quelques extraits des Fantômes de la renommée.

Parler musique, il fallait aussi questionner, un peu, pas trop longtemps pour que les mondes se croisent. Politiques et artistes, avocats et journalistes. C’est rock  ça.

Ensuite, nous avons organisé une rapide interview de Antoine Couder et Rodolphe Burger qui tous deux se questionnent sur la place du la danse, de la reprise et de la machine dans la musique. Tout commence par une reprise raconte Burger, la reprise est le conservatoire de l’amateur. A ce propos, il y a une anecdote marrante dans le livre d’Antoine Couder : tout le monde croit que Ester Dean a fait une reprise de « What’s my name » de Rihanna alors que c’est cette même Dean qui a écrit cette chanson pour la star. Ça tourne plus vraiment rond.

Pendant ce temps là, les serveurs du Cannibale faisait couler le Spritz ( l’un des meilleurs de Paris, franchement) comme si c’était de l’eau.

Alors, on a fermé nos gueules et on laissé place à la musique. D’abord celle de Charonne Music, duo brillant composé du rappeur Ludovic Vickers et du Dj Roman Kouder.

Puis quand la nuit est tombée,  ce fut celle du rock de Burger, avec un volume sonore à faire trembler toute la rue Jean-Pierre Timbaud. L’occasion de se rappeler que le rock peut réveiller les morts et que Good est un putain de bon album.

C’est assez rock ça non ?

La prochaine soirée de Toute La Culture.com ne sera pas rock elle sera onirique, et se déroulera au Silencio le 4 juillet.

 

Marina Ferretti nous parle de l’exposition Manguin, la volupté de la couleur
Simon Mayer, un autrichien folklo
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *