Jazz

Thomas de Pourquery nommé artiste de l’année 2017 aux Victoires du Jazz

Thomas de Pourquery nommé artiste de l’année 2017 aux Victoires du Jazz

17 octobre 2017 | PAR Alice Aigrain

Alors que le premier album de Thomas de Pourquery et de son groupe Supersonic «Play Sun Ra » recevait la victoire de l’album de l’année en 2014, son second album « Sons of love » sorti en mars, lui permet de recevoir celui d’artiste de l’année.

Ce n’est pas une très grande surprise, tant Thomas de Pourquery et Supersonic font parler partout où ils passent. Il y a cependant fort à parier que ce nouveau titre va élargir leur auditoire. Le grand public découvrira alors un groupe qui s’est recomposé il y a un an, pour se lancer dans un nouveau défi : celui de la composition d’un répertoire. Le groupe s’y est attelé grâce à la participation de chacun de ses membres. Il y a le leader, Thomas de Pourquery, avec son saxophone alto, qui prête sa voix sur certains morceaux et qui bidouille des sonorités électroniques. Laurent Bardainne, son frère, au ténor, donne aux cuivres une présence prédominante dans leur composition. Fabrice Martinez, le trompettiste virtuose complète de ses improvisations déjantées au tempo dévergondé, les sonorités des cuivres. Edward Perraud, prend en charge la rythmique complexe des compositions du groupe et se laisse aller à des chorus endiablés à sa batterie. Frederick Galiay, le bassiste dont les lignes sont autant de sorties dans un univers transcendantal à la profondeur grave. Et enfin, il y a Arnaud Roulin, au synthétiseur, qui a la justesse et la retenue d’un musicien qui cherche toujours la note idéale.

Leur musique est le reflet de cette combinaison de personnalités variées. On bascule d’un univers à l’autre, dans des jazz multiples qui traversent les styles. Les sonorités vont parfois chercher du côté de Coltrane, puis d’une ligne de basse accompagnée d’une sonorité électronique se retrouvent dans le space rock façon Colosseum avant qu’une improvisation frénétique ne nous plonge dans le post-bop de Miles Davis. L’album Sons of love est une création qui déborde, qui explore de toutes les largesses et les libertés qu’offre le jazz d’aujourd’hui, dans un savoureux mélange de transes, de mélodies et d’improvisations.

 

©rédit photo: Edward Perraud et Thomas de Pourquery

Piotr Pavlenski arrêté à Paris pour avoir incendié la Banque de France
Claire Chazal remplace Christine Angot dans On n’est pas couché sur France 2
Alice Aigrain
Contact : [email protected] www.poumonsvoyageurs.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *