Musique
Grateful Dead, American Beauty : Le chef d’œuvre folk rock psychédélique fête ses 50 ans !

Grateful Dead, American Beauty : Le chef d’œuvre folk rock psychédélique fête ses 50 ans !

14 décembre 2020 | PAR Jean-Christophe Mary

 

A l’occasion du 50eme anniversaire d’American Beauty, le label Rhino réédite le chef d’œuvre du groupe qui a inventé le folk rock psychédélique.

 

Durant un peu plus de deux décennies, de 1966 à 1989, le Grateful Dead va dynamiter les canons de la musique pop et lui insuffler une bonne dose de folk, de free jazz, de musique indienne et contemporaine. Des cheveux longs aux fringues hippies et barbes crasseuses, de l’esprit communautaire aux affiches hallucinogènes (des squelettes entourés de roses !), le Grateful Dead invente aussi l’imagerie du rock psychédélique. Sans oublier les fameuses séances d’acid test et de télépathie qui font partie de la vie quotidienne, dans leur fief à San Francisco. Fin des 60’s, la communauté fondée par Jerry Garcia s’inspire des idéaux de la contre-culture telle que l’ont développé les beatnicks sous l’influence de Jack Kerouac et de Allen Ginsberg. Considéré comme l’un des meilleurs albums studio du Grateful Dead,  American Beauty confirme le virage déjà amorcé par l’album « Workingman’s Dead » (1970) Le groupe passe brusquement d’un rock libre et désordonnée à une sorte d’americana folk acoustique alors très en vogue en Californie. Moins enclins aux expériences psychédéliques et autres acid test, les musiciens vont se concentrer sur l’écriture des chansons et développer une  diversité et une richesse musicale, absolument incroyables. Le groupe opère un véritable tournant, renoue avec les racines folk et country à travers des titres peuplés d’harmonies vocales dans l’esprit Crosby, Stills, Nash & Young, et de textes qui traitent des espoirs et désillusions que vit la jeunesse américaine à la fin des 60’s. Enregistré en 1970, à quelques mois d’intervalle de « Workingman’s Dead »,  Jerry Garcia et ses amis développent les explorations country bluegrass, folk et rock psychédélique à travers des compositions de haut vol. Ici les chansons respirent la joie, la bonne humeur sur des textes poétiques signés de Robert Hunter. Guitares acoustiques country rock, harmonies vocales luxuriantes « Attics Of My Life » et arrangements pop folk psychédélique, cet album est toujours aussi actuel 50 ans après. «Ripple» et «Box of Rain» abordent des thèmes récurrents chez le Grateful Dead, évoquent la spiritualité, la mort. Hymne joyeux, « Sugar Magnolia » traite des petits frissons que les amoureux ressentent aux prémices d’un amour naissant . Le tumultueux « Truckin » est une métaphore de la vie, une route tissée d’espoirs tant attendus par toute génération des 60’s, prise en étau entre guerre du Vietnam et de la fin des rêves hippies.

Mais le véritable intérêt de cet objet, se sont les 23 enregistrements live au Capitol Theatre de Fort Chester NY enregistrés le 18/021971   publiés pour la première fois. On notera ainsi les versions enflammées de « Johnny B Goode » (Chuck Berry),  « Hard To Handle » (Otis Redding) , « Not Fade Away » (Buddy Holly), « Going Down The Road Feeling Bad » (Henry Whitter) ou « Me and My Uncle » (Mamas and The Papas).

Un demi siècle après, on prend un plaisir à redécouvrir les titres remastérisés et inédits de ce fabuleux groupe qui exerça une influence majeure sur  cette jeunesse américaine des 60’s en quête de spiritualité et de vie libertaire.

 

 

 

 

Agenda culture de la semaine du 14 décembre
Vives réactions et actions du monde de la culture suite à l’annonce du gouvernement
Jean-Christophe Mary

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture