Electro
Un nouveau clip et quelques rides sur le visage pour les Sexy Sushi

Un nouveau clip et quelques rides sur le visage pour les Sexy Sushi

05 juillet 2013 | PAR Bastien Stisi

Après le statique et sacrilège clip vidéo du frondeur « J’aime mon Pays », le premier extrait de leur dernier album Vous n’allez pas repartir les mains vides ?, les Sexy Sushi ont fait paraître l’illustration visuelle d’un second extrait, « Retour de Bâton », qui envisage Rebeka Warrior et Mitch Silver avec une quarantaine d’années de plus dans les jambes et sur les visages…

Des crânes débarrassés d’une quelconque enveloppe corporelle, des animaux taxidermisés (un canard, notamment, que le tandem a l’habitude de faire voltiger et de décapiter en live…), et un couple d’octogénaires retraités qui passe sa journée à astiquer avec minutie des crustacés et à dégommer des assiettes en porcelaine avec un fusil dévastateur avant de se préparer à entrer sur scène…Au sein du clip de l’apaisé et anxieux « Retour de Bâton », qui fait largement appel à l’iconologie classique du duo et aux personnages fictifs et débrayés qui accompagnent l’univers scénique des Sexy Sushi (le ventripotent Père Boule, les deux garçons bodybuildés du morceau « Distraction »…), Rebeka se peinture la figure en bleu alors que Mitch enfile une perruque et une fausse barbe qui lui donnent l’espace d’un concert l’allure de ses jeunes années. Le concert, toujours aussi foutraque et passionné, peut alors débuter sa virulente et épidermique folie cérébrale et synthétique.

Mamie Rebeka slame dans une fosse toujours aussi déjantée, embrasse quelques inconnues au passage, balance des croix christiques en polyester dans le public comme lors de leur dernier concert au Trianon, affiche aux yeux du monde sa poitrine amaigrie en retirant son tee-shirt, alors que Papy Mitch, se dézingue dans le fond comme un autiste sur son ordinateur avant de se débarrasser lui aussi de son marcel trop encombrant…

Si les corps des deux Sexy Sushi s’effriteront irréversiblement avec l’âge, l’esprit viscéral du punk qui les habite depuis leurs origines, récalcitrant et libertaire, semble ne jamais devoir quitter l’indépendance et la singularité de leurs esprits.

Visuel : (c) capture d’écran du clip de « Retour de Bâton » des Sexy Sushi

Fantasque et sauvage Jean Paul Gaultier Haute-Couture
La Fashion-Week de Berlin, oubliée ?
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *